5,7 millions de primes versées aux dirigeants d’une filiale de Nethys: Enodia va étudier la situation

5,7 millions de primes versées aux dirigeants d’une filiale de Nethys: Enodia va étudier la situation
Michel Tonneau

Craignant de voir ses directeurs quitter l’entreprise lorsque le décret wallon plafonnant les rémunérations est entré en vigueur en mai 2018, la compagnie d’assurances Integrale, filiale de Nethys, s’est engagée à leur verser 5,7 millions d’euros, selon une enquête du « Soir ».

A lui seul, le CEO Diego Aquilina s’est vu promettre 4,5 millions d’euros : une partie de cette somme a déjà été liquidée, le solde doit l’être à la fin du mois de mai 2020 lorsque M. Aquilina quittera l’entreprise. Les cinq autres membres du comité de direction ont eu droit à des versements uniques sur leur assurance-groupe allant de 75.502 à 487.478 euros, d’après un document que nous avons pu consulter, signé par cinq membres du conseil d’administration de l’assureur Intégrale.

Le Conseil d’administration d’Enodia ajoutera un point à son prochain ordre du jour pour étudier la situation, indique dans un communiqué l’intercommunale qui chapeaute Nethys. « Dans un souci de transparence et de parfaite transmission d’information, il sera également demandé au CEO de Nethys d’informer les instances d’Enodia sur les différents contrats de consultance liants Nethys à la société McKinsey », peut-on encore lire dans le communiqué.

Madame Julie Fernandez Fernandez, présidente du Conseil d’administration d’Enodia « compte bien poursuivre la mission qui lui a été confiée avec une volonté de transparence ».

Encouragés pour leur loyauté

Les salaires de deux dirigeants ayant touché cette « prime de fidélité » sont pourtant en deçà du plafond de 245.000 euros fixé par le décret gouvernance. Ces deux dirigeants ne pouvaient donc pas crier à la rupture unilatérale de leurs contrats de travail et ne pouvaient prétendre à la moindre indemnité lors de l’entrée en vigueur du décret. Mais ils ont été financièrement encouragés pour leur loyauté et leur fidélité.

Ces plans-bonus, qui font fortement penser à ceux qui avaient été mis en place pour le management de la maison mère Nethys (actionnaire d’Intégrale à 71 %) et établis par le même avocat, ont été validés par le comité de nomination et de rémunération d’Integrale, présidé à l’époque par Pol Heyse (directeur financier de Nethys). Puis par son conseil d’administration, explique le président de celui-ci, l’ex-ministre MR François-Xavier de Donnea.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous