Accueil Belgique Politique

Plaidoyer pour une réforme de l’Etat citoyenne: «Il faut créer de nouveaux droits politiques»

La constitutionnaliste de l’UMons, Anne-Emmanuelle Bourgaux, plaide résolument pour une « réforme de l’Etat qui donne une place aux citoyens dans notre démocratie ». Pour l’instant, déplore-t-elle, la Constitution et le Conseil d’Etat ne favorisent guère la démocratie participative.

Article réservé aux abonnés
Cheffe Bruxelles Temps de lecture: 7 min

En décembre, le parlement bruxellois a fait œuvre pionnière en ouvrant ses travées aux citoyens, conviés à siéger, aux côtés de députés, dans des « commissions délibératives ». Une « première mondiale », qui a ses limites puisque les travaux ne pourront déboucher « que » sur des recommandations aux élus, non contraignantes. « Exact mais nous avons dû respecter le carcan constitutionnel actuel et nous ne pouvons pas attendre que la Constitution soit révisée pour avancer sur les questions de démocratie délibérative et de participation citoyenne », a reconnu Magalie Plovie (Ecolo), porteuse du projet.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Phoenix Marc, mercredi 8 janvier 2020, 6:31

    La vérité première est que en réalité la Démocratie non seulement est une forme de tyrannie sur des minorité mais en plus en Belgique en fait c'est une particratie qui en ont rien a faire de l'avis du peuple puisqu'ils s'arrange toujours entre eux pour avoir le pouvoir ...le cas MR en est le parfais exemple actuellement en Wallonie c'est uns des parti avec le PS qui ont perdu les élection et curieusement c'est eux qui mène la "danse "ou essaye !! Continuez a tentez repousse l'échéance en realite les hommes/femmes politique ont perdu tout crédit et c'est pas de maintenant que des parti perdant gouvernent en Belgique Et ne parlons pas de "certaine" collusion entre les politique et le monde financier la presse lobby ET dans les parti Bref a propos de l'Article c'est de l'enfumage, un de plus qui tente en réalité de sauve la particratie !!!sous le couvert d'une demarche "Democratique" qui n'en a que le nom !!!c'est un systeme qui est obsolete point barre il faut invente un autre systeme politique radicalement different !!!!

  • Posté par Eguiagaray Jose, mardi 7 janvier 2020, 13:20

    Sonner le glas de la démocratie représentative est une grave erreur d’orientation politique, très spécifiquement pour la Belgique. Les citoyens sont, certes, des personnes jouissant, dans l'État dont ils relèvent, des droits civils et politiques, et notamment du droit de vote. Ce droit de vote n’est néanmoins pas n’importe lequel, mais celui qui habilite leur participation en politique conférant de la représentativité aux organes démocratiques législatif et exécutif. Le modèle référendaire simplifie dangereusement la complexité des décisions à prendre pour toute une société multiple et variée, vide e facto de sens la structure étatique et prive in fine de participation effective toujours un groupe: les ‘perdants’. Voir l’exemple du Brexit transformé en Brexshit pour certains et Brexshow pour d’autres. Et en séparation pour tous.

  • Posté par Naeije Robert, mardi 7 janvier 2020, 7:28

    La Constitution d'un état démocratique est le garant des droits. Il faut toujours analyser en profondeur le projet de ceux et celles qui veulent y toucher. Il est des agendas cachés potentiellement liberticides.

  • Posté par Moriaux Raymond, mardi 7 janvier 2020, 7:28

    Il est beaucoup question des "citoyens" dans ce texte. Dommage qu'une définition claire, nette et précise n'en soit pas donnée. Idem pour les "élites", présentées explicitement comme n'ayant forcément pas les mêmes intérêts que les "citoyens", voire même comme y étant opposés.

  • Posté par Debrabander Jean, mardi 7 janvier 2020, 6:25

    Si la NVA veut absolument le "confédéralisme", d'accord : deux fédérations : une flamande, l'autre la Fédération Wallonie-Bruxelles, avec évidemment un lien géographique important entre la Wallonie et Bruxelles, avec aussi le départ des institutions flamandes de Bruxelles et si l'on veut garder quelques compétences nationales, une parité complète (par exemple pour la défense, 50/50 pour les officiers) … Toujours partant M. De Wever ?

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs