Grèves en France: vers une pénurie de carburant?

Grèves en France: vers une pénurie de carburant?
Photo News

Les expéditions de carburant étaient perturbées mardi dans la totalité des raffineries françaises, selon la CGT, qui avait appelé au blocage contre la réforme des retraites, mais l’approvisionnement des stations-service reste quasi-normal, insiste le gouvernement.

Thierry Defresne, délégué syndical central de la CGT à Total, a décompté « huit raffineries sur huit touchées par la grève » et salué une mobilisation « historique ». La Fédération CGT de la Chimie a appelé au blocage de toutes les installations pétrolières -raffineries, terminaux pétroliers, dépôts- pendant 96 heures, jusqu’au 10 janvier. FO a également appelé à un mouvement d’une durée illimitée.

La France compte sept raffineries implantées en France métropolitaine, plus la agroraffinerie de Total à La Mède, dans les Bouches-du-Rhône.

Selon le ministère de la Transition écologique et solidaire, toutes produisaient mardi matin mais « cinq raffineries sur sept connaissent des difficultés temporaires dans leurs expéditions » : les sites Total de Grandpuits, Feyzin, Donges, Normandie, ainsi que la raffinerie Esso (ExxonMobil) de Fos-sur-mer. « Pas une goutte de carburant ne sortira de la raffinerie jusqu’à samedi 13 heures », a affirmé aux médias Fabien Privé Saint-Lanne, délégué syndical CGT à Donges, tandis qu’à Feyzin, « il n’y a pas d’expédition aujourd’hui » de produits pétroliers, selon Jacques Lacaille, représentant local de la CGT-Chimie.

Toutefois, les deux autres sites étaient aussi touchés, affirment les syndicats. Ainsi, la grève a été votée à la raffinerie Esso de Gravenchon (Seine-Maritime), selon Thierry Defresne. A la raffinerie Petroinos de Lavera (Bouches-du-Rhône), « les salariés vont simplement couper les arrivées dans les tuyaux », a affirmé le responsable CGT local Sébastien Varagnol.

« Nous sommes parfaitement préparés »

Du côté de la direction de Total, on soulignait mardi que les raffineries « fonctionnaient, produisaient et stockaient les carburants en attendant la fin des blocages d’expéditions ». « L’arrêt des expéditions dans des raffineries est circonscrit dans le temps (du 7 au 10 janvier). Nous y sommes donc parfaitement préparés », a souligné un porte-parole du groupe pétrolier.

L’approvisionnement des stations-service se fait pour sa part via un réseau de 200 dépôts répartis à travers le territoire.

Le ministère indiquait en matinée que « seuls trois dépôts sur environ 200 connaissent des difficultés temporaires, tous les autres assurant normalement leurs expéditions », ajoutant que « les stocks sont à un excellent niveau, équivalent à plus de 3 mois de consommation de carburant ». « A l’exception des dépôts rattachés aux raffineries, aucun autre dépôt du groupe Total n’est bloqué et les expéditions se déroulent à un rythme normal », assure de son côté le groupe pétrolier.

Le Premier ministre Edouard Philippe avait indiqué mardi matin avoir demandé aux préfets de mobiliser les forces de l’ordre « pour faire en sorte qu’il n’y ait pas de blocages de dépôts » de carburants ou de raffineries.

Un éventuel blocage des raffineries serait « illégal », avait jugé début janvier la secrétaire d’Etat à l’Economie Agnès Pannier-Runacher.

La CGT assure toutefois se cantonner à des arrêts d’expéditions dans le cadre d’arrêts de travail légaux. « Le personnel qui veut travailler a tout à fait le droit de le faire, chacun doit se respecter, qu’on soit gréviste ou non gréviste », a par exemple insisté Fabien Privé Saint-Lanne, délégué CGT à la raffinerie de Donges (Loire-Atlantique).

Concernant les stations-service, « la situation est quasi-normale avec plus de 98 % des 11.000 stations-service qui ne connaissent aucune difficulté et sont normalement approvisionnées », selon le ministère de la Transition écologique.

Un porte-parole de l’Union française des industries pétrolières (Ufip) fait état d’une rupture d’un ou deux produits (gazole et essence) mardi matin dans environ 1,5 % des 11.000 stations-service françaises.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite