Accueil Opinions Éditos

Nucléaire: un retour à la normale, arrimé au passé

Toutes les centrales nucléaires ont tourné, presque à plein régime en 2019. Alors que 2018 avait été marquée par les entretiens et les arrêts des réacteurs.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Economie Temps de lecture: 3 min

Alleluia ! Les sept réacteurs nucléaires belges ont tourné à plein régime ou presque l’an dernier. Avec une disponibilité supérieure à 75 %, produisant même tous ensemble pendant 64 jours sur l’année, ils ont en quelque sorte renoué avec la normale. Une situation dont ils s’étaient dangereusement écartés en 2018, avec une disponibilité de 50 % à peine, le point d’orgue de cette conjugaison inédite de pannes et entretiens ayant été atteint dès l’automne : un seul réacteur opérationnel sur sept, avec une menace (jugée très crédible) de pénurie hivernale à la clé.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, mercredi 8 janvier 2020, 21:55

    Dans l'état actuel de nos techniques, l'énergie dite renouvelable ne suffira pas. Et si on veut vraiment respecter le climat, le nucléaire est pour l'instant le seul complément possible. Mais il faudra continuer à investir dans sa sécurité et enfin s'occuper de gérer les déchets radioactifs, ce qui n'est pas sans solution, mais est effectivement un peu trop négligé pour l'instant.

  • Posté par Lefèvre Jean-Luc, mercredi 8 janvier 2020, 20:32

    Quand la procrastination est tantôt un défaut (aux yeux verts de l'écologie militante quand il s'agit d'approvisionnement énergétique), tantôt passée sous silence (aux yeux de tous les partis quand il s'agit de se plier et s'adapter aux normes budgétaires de la Commission européenne, et donc de la Cour des Comptes appelée à avaliser le budget), tantôt encouragée (le refus des francophones de s'inscrire dans une 7e réforme institutionnelle). Tout est affaire d'idéologie! Tout est du domaine de l'opinion. Nulle vérité scientifique là-dedans!

  • Posté par Lefèvre Jean-Luc, mercredi 8 janvier 2020, 20:32

    Quand la procrastination est tantôt un défaut (aux yeux verts de l'écologie militante quand il s'agit d'approvisionnement énergétique), tantôt passée sous silence (aux yeux de tous les partis quand il s'agit de se plier et s'adapter aux normes budgétaires de la Commission européenne, et donc de la Cour des Comptes appelée à avaliser le budget), tantôt encouragée (le refus des francophones de s'inscrire dans une 7e réforme institutionnelle). Tout est affaire d'idéologie! Tout est du domaine de l'opinion. Nulle vérité scientifique là-dedans!

  • Posté par stals jean, mercredi 8 janvier 2020, 19:48

    Tant que les centrales produisant de l'électricité et fonctionnant au gaz naturel ne seront pas opérationnelles,et tant que les parcs éolien en mer du Nord ne produiront pas ensemble les gigawatt que produisent les centrales nucléaires belges, l'arrêt des réacteurs de Doel et de Tihange doit évidemment être postposés. Sinon on achètera à l'étranger l'électricité qui proviendra très probablement du nucléaire. Bien sur quelle que soit leur couleur politique les gugus au pouvoir en sont bien capable...En rappelant que rien que les russes et les chinois ont en construction des dizaines de réacteurs nucléaires...Avec des déchets ingérables il est vrai, comme le plutonium, dont ils se foutent comme de l'an quarante. On fermera Doel et Tihange mais le réacteur Français de Chooz à la frontière belge pourra toujours nous refiler quelques watt...pour les bagnoles on se mare...

  • Posté par Leo Tubbax, mercredi 8 janvier 2020, 11:42

    Il faut choisir : ni nucléaire, ni fossile : 100% renouvelable. Le nucléaire, surtout les réacteurs Doel 3 et Tihange 2 sont trop dangereux, et il n'y a pas de solution pour les déchets. L'Australie nous montre où mène l'utilisation des énergies fossiles. Il faut faire le grand saut en avant et passer aux renouvelables au plus vite. Il faut un plan d'équipement électrique basé sur les renouvelables avec un investissement important, probablement public vu l'indolence des capitalistes qui ne savent pas réflêchir à long terme.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs