L’Iran frappe des bases abritant des soldats américains en Irak: ce que l’on sait

Un soldat américain en Irak
Un soldat américain en Irak - AFP

L’Iran a tiré des missiles sur des bases abritant des soldats américains en Irak, une riposte à l’assassinat par Washington de son puissant général, Qassem Soleimani, qui ne fait qu’aggraver le risque d’une déflagration.

Au total, en l’espace d’une demi-heure, 22 missiles se sont abattus sur deux bases irakiennes, Aïn al-Assad (ouest) et Erbil (nord) où sont installés des soldats étrangers -en majorité des Américains –, a annoncé l’armée irakienne, à l’heure exacte où un tir de drone américain tuait le général à Bagdad cinq jours plus tôt.

Ces raids, qui selon l’armée irakienne n’ont pas fait de victime dans ses rangs, est la première réponse de Téhéran à l’assassinat de l’architecte de sa stratégie au Moyen-Orient. Ils font redouter une escalade régionale ou un conflit ouvert, même si dirigeants américain et iranien ont rapidement semblé vouloir calmer le jeu.

Créez votre compte Le Soir pour continuer à lire les articles gratuits en illimité

*En validant ce formulaire, vous acceptez que Le Soir traite vos données à caractère personnel pour les finalités suivantes : création et gestion de votre compte. Ces données seront également utilisées en fonction des options choisies à des fins de marketing et de ciblage publicitaire. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de limitation, de suppression, d’opposition, de rectification et de portabilité des données personnelles vous concernant. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection de la vie privée.

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous