L’Irak avait été informé par l’Iran d’une attaque imminente contre les Etats-Unis sur son sol

L’Irak avait été informé par l’Iran d’une attaque imminente contre les Etats-Unis sur son sol
AFP

L’Irak a annoncé mercredi avoir été informé par l’Iran qu’il allait mener des raids sur son sol, affirmant que quasi simultanément, les Américains appelaient pour signaler qu’ils étaient attaqués alors que Téhéran tirait 22 missiles sur des bases irakiennes utilisées par l’armée américaine.

«Mercredi après minuit, nous avons reçu un message verbal officiel de la République islamique d’Iran indiquant que la riposte à l’assassinat du martyr Qassem Soleimani commençait ou allait commencer sous peu et que les frappes se limiteraient aux zones où l’armée américaine est présente en Irak sans plus de détails sur les localisations», indique le bureau du Premier ministre démissionnaire Adel Abdel Mahdi.

«Quasiment au même moment, les Américains nous appelaient alors que les missiles s’abattaient sur les sections américaines des bases d’Aïn al-Assad et d’Erbil», poursuit le communiqué.

« Une gifle »

A 1h30, soit l’heure à laquelle le puissant architecte de la stratégie iranienne au Moyen-Orient était tué vendredi dernier sur ordre du président américain Donald Trump, l’Iran a lancé son «opération Martyr Soleimani». En une demi-heure, 22 missiles sol-sol se sont abattus sur deux bases irakiennes, Aïn al-Assad et Erbil, où sont stationnés certains des 5.200 soldats américains déployés en Irak.

Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei a qualifié l’opération de «gifle en pleine face» des Etats-Unis. «Les actions militaires du genre ne sont pas suffisantes pour cette affaire», a-t-il néanmoins relevé, ajoutant qu’il était nécessaire que «la présence corrompue des Etats-Unis dans la région prenne fin». «Nous ne cherchons pas l’escalade ou la guerre, mais nous nous défendrons», a abondé Mohammad Javad Zarif, chef de la diplomatie iranienne, expliquant que les représailles «proportionnées» de la nuit étaient «terminées».

> Le guide suprême iranien au sujet de l’attaque contre des bases américaines: «Une gifle a été donnée en pleine face»

Ces raids, qui selon l’armée irakienne n’ont pas fait de victime dans ses rangs, n’ont pas suscité de riposte immédiate, mais font redouter une escalade régionale et un conflit ouvert.

«L’évaluation des dégâts et des victimes est en cours. Jusqu’ici, tout va bien!», a écrit sur Twitter M. Trump, ajoutant qu’il ferait une déclaration mercredi.

> «Tout va bien» assure Trump après les frappes iraniennes contre une base américaine

Sur le même sujet
PolitiqueIrak
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite