Tour Down Under: Deceuninck – Quick-Step compte sur son renfort Sam Bennett pour lancer sa saison

Photo Twitter @deceuninck_qst
Photo Twitter @deceuninck_qst

L’équipe Deceuninck – Quick Step a annoncé mercredi la composition de son équipe pour le Tour Down Under (21-26 janvier), premier rendez-vous WorldTour de la saison 2020. La prolifique formation belge alignera en Australie quatre nouvelles recrues dont son nouveau sprinteur maison, l’Irlandais Sam Bennett.

Arrivé au sein de l’équipe belge pour remplacer Elia Viviani, Sam Bennett devrait pouvoir s’illustrer lors de trois des six spéciales de cette course remportée en 2018 et 2019 par le Sud-Africain Daryl Impey.

Outre Bennett, le ’Wolfpack’ sera représenté par trois autres nouveaux venus : le talent portugais Joao Almeida, 21 ans, l’Italien Mattia Cattaneo et le Néo-Zélandais Shane Archbold, poisson pilote de Bennett. Les expérimentés Dries Devenyns, Iljo Keisse et Michael Mørkøv viennent compléter l’effectif.

Rik Van Slycke, directeur sportif, s’est déclaré impatient d’entamer la saison. « Nous avons une équipe forte et Sam Bennett est très motivé à l’idée d’accrocher sa première victoire dans son nouveau maillot. Il aura des hommes expérimentés autour de lui, nous sommes confiants. »

À noter que l’équipe belge présentera le même effectif pour la Race Torquay (1.1) et la Cadel Evans Road Race (WorldTour), prévues respectivement le 30 janvier et le 2 février.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ER5irEcXYAEzIFh

    Polanski primé, Adèle Haenel quitte la salle: le cinéma français déchiré aux César 2020

  2. CHINA-HEALTH_JAPAN

    Comment le coronavirus bouleverse la planète

  3. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    «2050, Bruxelles en mieux»: des idées qui germent dès aujourd’hui

La chronique
  • Elections municipales: en France, dernier arrêt avant l’irréparable

    Dans quinze jours, les Français se rendront aux urnes pour élire leurs maires. Une simple élection locale ? C’est ce que tentent toujours de faire croire les pouvoirs en place lorsqu’ils sont en difficulté.

    Test majeur

    Emmanuel Macron ne fait pas exception. Mais à qui fera-t-il avaler qu’il ne se préoccupe pas de ce test majeur à deux ans d’une présidentielle qui sera celle de tous les dangers ? L’affaire...

    Lire la suite