Les Belges ont consommé moins d’électricité en 2019

Photo d’illustration
Photo d’illustration - Photo News

La consommation d’électricité en Belgique a baissé l’an passé en Belgique, pour atteindre son niveau le plus bas en six ans, a indiqué Elia. Selon les chiffres du gestionnaire belge du réseau de transport d’électricité à haute tension, les Belges ont consommé 84,7 TWh en 2019, contre 87,5 TWh un an plus tôt. Elia explique cette baisse de consommation, confirmée d’année en année, par les gains en efficacité engrangés tant par les ménages que par les entreprises (appareils plus performants et moins énergivores, isolation…).

Cette courbe pourrait toutefois s’inverser, Elia s’attendant à une augmentation de la consommation dans les années à venir en raison de l’électrification croissante de la société, via l’augmentation du nombre de voitures électriques, mais aussi une utilisation croissante des pompes à chaleur.

Record du renouvelable

Par ailleurs, pour la première fois depuis 2010, la Belgique a exporté en 2019 plus d’électricité qu’elle n’en a importée. On se rappelle que l’année 2018 avait en effet été marquée par un important niveau d’importations d’électricité – qui représentaient 20 % de l’électricité consommée en Belgique – notamment en raison de l’indisponibilité d’une part importante du parc de production nucléaire. « On passe donc d’un total net importateur en 2018 (17,5 TWh importés) à un total net exportateur en 2019 (1,8 TWh exporté, soit 2,1 % du mix) », indique Elia. Pour retrouver une situation similaire, il faut remonter à 2009 et 2010, avec un total net d’exportation représentant respectivement 2,8 % et 0,2 % du mix électrique belge.

Le niveau d’exportations atteint en 2019 s’explique par la bonne disponibilité du parc de production d’électricité en Belgique, et notamment des centrales nucléaires (qui, selon les calculs du Soir, ont atteint un taux de disponibilité de 77,8 %, contre 50,5 % en 2018). Le développement des interconnexions avec les pays voisins joue également un rôle pour la circulation des flux d’électricité.

Par ailleurs, l’année 2019 a confirmé la montée en puissance des énergies renouvelables et singulièrement de l’éolien. Ainsi, la production d’énergie renouvelable (éolien offshore/onshore et solaire uniquement) a progressé de 17 % en valeur absolue en comparaison avec l’année 2018 (11,52 TWh en 2019 contre 9,82 TWh en 2018). En décembre 2019, un nouveau record a même été franchi avec 16 % de la charge du mois couverte par de l’énergie renouvelable. « Ce niveau de production, 1,17 TWh en valeur absolue, n’avait jamais été atteint en Belgique », constate Elia. Sur l’ensemble de l’année, les centrales nucléaires restent toutefois les principales pourvoyeuses de courant, avec 41,4 TWh (soit 48,8 % du mix électrique), loin devant les centrales au gaz (23 TWh, soit 27,2 %), l’éolien offshore (4,6 TWh, soit 5,5 %), le solaire (3,5 TWh, soit 4,2 %) et l’éolien onshore (3,4 TWh, soit 4,0 %).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous