Hockey Pro League: les Red Lions en Australie pour lancer le sprint final vers Tokyo

©Photonews
©Photonews

Les Red Lions se sont envolés mercredi après-midi de Brussels Airport pour Sydney. Dans le cadre de la Hockey Pro League, ils affronteront successivement l’Australie, première nation au classement mondial, la Nouvelle-Zélande à Auckland et l’Inde à Bhubaneswar, là où ils sont devenus champions du monde il y a un peu plus d’un an.

« C’est le début du sprint final vers les Jeux de Tokyo », s’enthousiasme le capitaine Thomas Briels. « Après le titre mondial en 2018 et européen en 2019, cela peut encore être une très belle année. »

Même si la Hockey Pro League est une compétition officielle, les Red Lions n’y accorderont « pas trop d’importance », selon leur inoxydable attaquant. « Bien sûr nous voudrons gagner, mais nous voulons aussi développer notre jeu et voir comment vont évoluer nos adversaires. » À ce sujet, Vincent Vanasch ne s’attend cependant pas à apprendre grand-chose. « Il y aura beaucoup de bluff », prévoit dans un large sourire le gardien, qui a annoncé cette semaine son transfert vers Cologne pour la prochaine saison. John-John Dohmen, en compétiteur acharné, se verrait quant à lui bien profiter de l’occasion pour reprendre à l’Australie la première place au classement mondial. « Il faudra être à 100 % directement. »

Pour ce voyage de cinq semaines, le sélectionneur national Shane McLeod a convoqué un groupe élargi de 34 joueurs, parmi lesquels une dizaine de jeunes qui découvrent le plus haut niveau. « C’est une très bonne initiative de les avoir pris avec nous, pour s’entraîner dur et voir si certains pourront intégrer l’équipe pour Tokyo », salue Thomas Briels.

Ce dernier reconnaît qu’il peut apparaître particulier de se rendre en Australie pour y jouer au hockey alors que le pays est en proie à de terribles incendies. « On ne peut malheureusement pas y faire grand-chose. Notre directeur technique Adam Commens, lui-même Australien, suit la situation sur place et nous garantit qu’il n’y a pas de problème à Sydney », précise-t-il.

Le capitaine est ravi que ce voyage permette au groupe de fouler à nouveau la terre de ses exploits mondiaux de décembre 2018. « Je reçois encore beaucoup de messages de fans indiens qui me demandent quand est-ce qu’on revient. On se réjouit de les voir », assure-t-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous