Le Français Benoît Paire craque complètement à l’ATP Cup et insulte un spectateur en plein match (vidéo)

@EPA
@EPA

Benoît Paire s’est effondré 2-6, 7-6 (7/1), 7-6 (7/5) face à Kevin Anderson, une défaite synonyme d’élimination pour l’équipe de France qui devait remporter tous ses matches contre l’Afrique du Sud pour espérer se qualifier pour les quarts de finale de l’ATP Cup.

Le volcanique Avignonnais a pourtant mené le match de bout en bout face à l’ex-N.5 mondial ou plus exactement jusqu’à 5/5 dans le tie-break du dernier set.

Paire avait entamé la partie de la meilleure façon en prenant le premier service du Sud-Africain, de retour à la compétition en Australie et retombé au 147e rang après six mois de pause depuis son élimination à Wimbledon.

La première manche gagnée, Paire a eu les cartes en main pour plier rapidement la rencontre. Mais après cinq balles de double break évanouies dans le 2e set, il a commis trois doubles fautes alors qu’il servait pour le gain du match.

Débreaké, Paire a perdu la manche au jeu décisif et craqué à nouveau dans le dernier set où il a rendu son service à Andersen sur une nouvelle double faute (la 12e).

En outre, à la fin du 2e set, le Français a pété les plombs. Il s’est énervé et a insulté un spectateur en plein match. En cause, le fait que ce spectateur avait parlé durant le point.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. François De Smet parle d’une «
coalition 77
», comme le nombre de sièges dont disposerait un arc-en-ciel élargi à Défi au fédéral. © Pierre-Yves Thienpont.

    François De Smet (Défi) sur la crise fédérale: «Négocions la coalition 77»

  2. Sur la chaussée de Haecht, épicentre de la communauté belgo-turque de Bruxelles, on affiche aux les couleurs du drapeau.

    Plongée dans la communauté turque bruxelloise, où la déloyauté à Ankara reste un risque à prendre

  3. Le port du masque est désormais obligatoire pour chaque activité extérieure - ici, un vendeur de poissons et de tortues à Wuhan.

    Coronavirus: «On doit être vigilants, mais pas inquiets»

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite