Le bébé d’une migrante africaine naît et meurt à bord d’un canot pneumatique en mer

Le bébé d’une migrante africaine naît et meurt à bord d’un canot pneumatique en mer
AFP

Le bébé d’une migrante africaine est né et mort à bord d’un canot pneumatique pendant la traversée entre l’Afrique et l’archipel espagnol des Canaries, ont déclaré ce mercredi les gardes-côtes espagnols, cités par BFM TV.

Chargée de 43 personnes, cette embarcation de fortune a été localisée à 15 milles marins à l’est d’Arrecife, principale ville de l’île espagnole de Lanzarote. Une fois arrivées au port, trois personnes ont été transférées à l’hôpital dont la mère du nourrisson. Une autre femme enceinte et un garçon de 12 ans ont également été hospitalisés pour hypoglycémie.

À l’heure actuelle, la cause de la mort du nourrisson est encore inconnue, indique notre confrère. Selon les sauveteurs, la femme a effectivement accouché à l’intérieur de l’embarcation. Lorsque l’embarcation est arrivée au port, le service d’urgence de l’archipel espagnol des Canaries a confirmé le décès du bébé.

Sur le même sujet
ImmigrationAfriqueArrecife
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite