Sacha Kljestan dévoile la mission qu’il a donnée à Amir Murillo: «Je lui ai dit de s’assurer qu’Anderlecht revienne à sa place»

photo news
photo news

Son transfert a surpris énormément de monde au moment de son officialisation au début du mois de décembre. Amir Murillo (23 ans), défenseur panaméen qui évoluait aux New York Red Bulls, est la première arrivée hivernale du Sporting d’Anderlecht. Cet arrière droit aura pour mission d’apporter un peu plus de concurrence à ce poste, d’ici la fin de la phase classique au mois de mars.

Actuellement en stage avec les Mauves à San Pedro del Pinatar, le joueur, arrivé sur les conseils d’un ancien de la maison mauve, Sacha Kljestan (2010-2015), est prêt à se donner à 100 % pour briguer une place de titulaire. « Il a toutes les qualités pour réussir à Anderlecht », a indiqué l’ex-milieu de terrain du RSCA à Het Laatste Nieuws, le quotidien néerlandophone. « Il est très difficile à passer, il a de l’expérience et est très à l’aise en possession du ballon. Un point où il doit travailler, c’est qu’il se fait parfois prendre dans le dos. »

Reste que, au poste de latéral droit, la tâche sera loin d’être une sinécure pour le Panaméen, confronté à la concurrence de Luckassen, Sardella et, éventuellement, de Vanden Borre. « Ce n’est pas facile de jouer pour Anderlecht. J’ai vu suffisamment de joueurs talentueux qui étaient en deçà des attentes à cause de la pression, mais je pense que cela ne dérangera pas Amir », explique Kljestan, qui a également laissé un message à Murillo au moment de sa signature officielle : « Quand il a signé, je lui ai dit de s’assurer qu’Anderlecht revienne à sa place : en haut du classement ! »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • PHOTONEWS_10855055-088

    Par Cédric Martin

    Charleroi

    SC Charleroi: une double chance à saisir pour Shamar Nicholson

  • Dino Arslanagic retourne à Sclessin sans que son avenir ne soit très clair.

    Par Vincent Joséphy

    Standard

    Dino Arslanagic: «Le Standard, cela a été une mini-vie pour moi»

  • photo news

    Par Sébastien Huzler

    Division 1A

    L’Excel Mouscron ne fera pas de cadeau à Bernd Storck

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite