Stéphane Bern au sujet du prince Harry et de Meghan Markle: «Il est sous sa coupe»

Stéphane Bern au sujet du prince Harry et de Meghan Markle: «Il est sous sa coupe»
Reuters

La décision fait réagir. Mercredi 8 janvier, le prince Harry et Meghan Markle ont annoncé prendre leurs distances vis-à-vis de la famille royale. Dans un entretien accordé à la Libre.be, Stéphane Bern livre son ressenti. « C’est une situation compliquée pour le palais, qui a été pris de court. La pression médiatique va augmenter. Et puis Harry annonce vouloir prendre ses distances et gagner sa vie. Mais quelle entreprise va l’embaucher ? Il va travailler avec le prince Andrew, qui était proche de Jeffrey Epstein ? Leur décision sent la précipitation suite à un voyage au Canada qui leur a plu. Tout aurait dû se préparer. Harry aurait dû rentrer dans l’armée ou devenir l’agent de Bentley, par exemple. »

L’animateur est par ailleurs revenu sur la relation entre le prince Harry et Meghan Markle. « Elle l’a stabilisé, l’a posé, mais il est sous sa coupe. Il fait ce que sa femme désire. Il a peut-être une personnalité influençable. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A 35 ans, David Leisterh prend la présidence du MR bruxellois. © Pierre-Yves Thienpont.

    Un jeune président du MR à Bruxelles aussi

  2. Martial a égalisé sur  une rentrée en touche... brugeoise, prenant de vitesse Mechele.

    Europa League: pour Bruges, le coup reste jouable à Old Trafford

  3. Le carnaval d’Alost suscite à nouveau la polémique.

    Carnaval d’Alost: le gouvernement israélien entre dans la polémique

La chronique
  • Pourquoi le socialisme n’a jamais pris aux USA

    Après trois ans de harangues et d’imprécations envers Donald Trump, les choses sérieuses ont commencé pour l’opposition démocrate. Première étape, capitale : se choisir un(e) candidat(e) susceptible de rassembler une majorité d’Américains le 3 novembre prochain, pour battre le président sortant.

    Dans ce contexte, Bernie Sanders a entamé la course à l’investiture sur les chapeaux de roue : première place, ex aequo avec Pete Buttigieg, lors du caucus de l’Iowa et victoire dans la primaire du New Hampshire.

    Certes, le chemin est encore long jusqu’à la convention nationale de Milwaukee, prévue du 13 au 16 juillet, qui désignera le challenger de Trump. Mais ces succès du sénateur du Vermont, conjugués au départ catastrophique de Joe Biden – longtemps favori des sondages et du Parti – ont plongé l’appareil démocrate dans des abîmes de perplexité.

    Un sondage publié ce lundi sur le site de Newsweek aura sans...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: on en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après...

    Lire la suite