Incendies en Australie: Lewis Hamilton promet de donner 450.000 euros et publie une vidéo qui fait le tour du monde

@Reuters
@Reuters

Le sextuple champion du monde de Formule 1 Lewis Hamilton a promis jeudi 500.000 dollars pour venir en aide à la situation en Australie, où des incendies ont fait 26 morts et tué un milliard d’animaux.

« Je m’engage à verser 500.000 dollars (450.000 euros, ndlr) pour venir en aide aux animaux, aux bénévoles qui luttent pour la vie sauvage et aux services de pompiers locaux », a déclaré le Britannique sur Twitter, invitant ses millions d’abonnés à également faire un don.

« Ça me brise le cœur de voir la dévastation que les incendies causent aux gens et aux animaux à travers le pays », a écrit Hamilton alors que les feux ont réduit en cendres une superficie équivalente à l’île d’Irlande (environ 80.000 km2) et détruit plus de 2.000 maisons australiennes.

Le pilote de 35 ans a accompagné son message d’une vidéo qui a fait le tour du monde sur internet montrant un koala sauvé des flammes par des habitants.

L’Université de Sydney a estimé dans un communiqué publié lundi qu’un milliard d’animaux avaient péri, un chiffre qui inclut les mammifères, les oiseaux et les reptiles, mais pas les insectes ou les invertébrés.

Le don d’Hamilton s’ajoute à de nombreux autres dans le monde du sport, comme celui des neuf basketteurs australiens de NBA qui ont promis 750.000 dollars ou encore ceux de la tenniswoman australienne Ashleigh Barty et de son compatriote et tennisman Nick Kyrgios.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • afp

    Par DOMINIQUE DRICOT

    MotoGP

    MotoGP: Marc Marquez et Honda dans la tourmente

  • Après le volant qui tourne à gauche et à droite, Lewis Hamilton a expérimenté celui qui va d’avant en arrière...

    Par THIERRY WILMOTTE

    Formule 1

    Formule 1: «nouvelle direction» chez Mercedes

  • Rien de neuf sous le soleil de Barcelone ? Mercredi en tout cas, Hamilton s’est montré le plus rapide lors des premiers « essais hivernaux ».

    Par Thierry Wilmotte

    Formule 1

    Formule 1: une dernière saison qui pourra rimer avec pognon

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. ballen 1

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite