Salon de l’auto: ces voitures qui font toujours rêver (photos)

Dans cet article

La 98e édition salon de l’auto (Brussels Motor Show) a ouvert ses portes au grand public ce vendredi à 10h30 sur le site de Brussels Expo. Bien qu’il s’agisse cette année d’un « grand » salon, la surface a été réduite et passe de 110.000 mètres carrés l’année dernière à 95.000 mètres carrés. Le salon 2020 fermera ses portes le dimanche 19 janvier.

Sept des neuf palais du Heysel utilisés sont dédiés aux constructeurs automobiles. Ils sont tous présents à Bruxelles, un fait de plus en plus rare dans le monde des salons automobiles. Six palais accueillent l’exposition générale (Palais 3, 4, 5, 6, 7 et 10) et un l’exposition de voitures de luxe « Dream Cars » (Palais 1), pour laquelle un supplément de 7 euros est demandé. Les exposants de deux-roues motorisés sont installés dans les Palais 8 et 9. Au total, 18 premières mondiales, 10 européennes et plus de 100 belges sont présentées, ce qui constitue un record pour le salon bruxellois.

Le 98e Brussels Motor Show est accessible au public de 10h30 à 19h00. Trois nocturnes jusqu’à 22h00 sont programmées les vendredi 10, lundi 13 et vendredi 17 janvier. Le prix du ticket d’admission adulte reste inchangé à 15 euros. Une réduction de 30 % (5 euros) est accordée pour toute visite effectuée les mardi 14, mercredi 15 et jeudi 16 janvier.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. Balen 8121

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite