Nethys: retenir Moreau et les siens a coûté plus cher que les licencier

Stéphane Moreau
Stéphane Moreau - Photo News

Contrairement à ce qui fut prétendu, les indemnités de rétention promises aux managers de Nethys en compensation du plafonnement de leur salaire étaient supérieures aux dédommagements qui auraient dû leur être versés en cas de licenciement. Autrement dit, en acceptant en mai 2018 de verser 11,2 millions à Pol Heyse, Bénédicte Bayer et Stéphane Moreau pour qu’ils restent dans la société, le comité de rémunération de Nethys savait pertinemment que les licencier aurait coûté moins cher. 1,1 million de moins. C’est écrit noir sur blanc dans un document de l’époque dont Le Soir a obtenu copie.

Créez votre compte Le Soir pour continuer à lire les articles gratuits en illimité

*En validant ce formulaire, vous acceptez que Le Soir traite vos données à caractère personnel pour les finalités suivantes : création et gestion de votre compte. Ces données seront également utilisées en fonction des options choisies à des fins de marketing et de ciblage publicitaire. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de limitation, de suppression, d’opposition, de rectification et de portabilité des données personnelles vous concernant. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection de la vie privée.

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous