Pour Hilde Crevits (CD&V): difficile de lâcher la N-VA tant qu’elle ne renonce pas à gouverner

Pour Hilde Crevits (CD&V): difficile de lâcher la N-VA tant qu’elle ne renonce pas à gouverner
Belga

La vice-présidente CD&V du gouvernement flamand, Hilde Crevits, ne voit pas son parti lâcher la N-VA tant que cette dernière montre une volonté de participer à un gouvernement fédéral, affirme-t-elle samedi dans De Tijd.

Mme Crevits précise ainsi la position réaffirmée vendredi par le vice-Premier ministre CD&V Koen Geens, selon qui le CD&V reste partisan d’une coalition majoritaire côté flamand, donc avec la N-VA dès lors que le Vlaams Belang est exclu.

« Si la N-VA dit clairement qu’elle ne veut pas gouverner, alors nous nous retrouverons dans un contexte différent. Mais leur réaction aux discussions avec les informateurs (les présidents du CD&V Joachim Coens et du MR Georges-Louis Bouchez, NDLR) ne me semble pas être celle d’un parti qui n’en a rien à faire. Donc on peut difficilement dire adieu maintenant à la N-VA », selon Mme Crevits.

Ce matin dans La Libre, M. Bouchez, demandait de son côté « d’arrêter de considérer la N-VA comme l’alpha et l’oméga du paysage politique », en ajoutant qu’aucun parti n’aura la coalition de ses rêves.

MM. Bouchez et Coens sont attendus lundi chez le Roi pour un nouveau rapport de leur mission d’information. La réaffirmation depuis vendredi par le CD&V de son lien avec la N-VA semble rendre de grands arbitrages particulièrement difficiles dès ce samedi, alors que le discours de Nouvel an du président de la N-VA Bart De Wever est programmé en soirée et celui de M. Bouchez dimanche en matinée.

Sur le même sujet
PolitiqueHilde Crevits
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Eric Van Rompuy, CD&V.

    Eric Van Rompuy: «Monter dans un gouvernement minoritaire en Flandre? Nous passerions pour les traîtres»

  2. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  3. DF-05385

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «Le casse-tête postélectoral»

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite