Boeing abattu: «Scandalisé et furieux», Trudeau demande des comptes à l’Iran

Boeing abattu: «Scandalisé et furieux», Trudeau demande des comptes à l’Iran
Reuters

Scandalisé et furieux », le Premier ministre canadien Justin Trudeau a exigé samedi de l’Iran qu’il fasse toute la lumière sur la catastrophe du Boeing ukrainien abattu par erreur et il a appelé Téhéran à en « assumer l’entière responsabilité », y compris financière.

Alors que l’Iran et le Canada n’ont plus de relations diplomatiques depuis 2012, M. Trudeau a annoncé samedi qu’il s’était entretenu au téléphone avec le président iranien Hassan Rohani pour exiger une nouvelle fois une « enquête approfondie » sur cette « horrible tragédie ».

Quelques heures plus tôt, dans une spectaculaire volte-face, l’Iran avait présenté ses excuses pour avoir abattu « par erreur » le Boeing 737-800 de la compagnie Ukraine Airlines International, à bord duquel 176 personnes, dont 57 Canadiens, ont trouvé la mort. C’était la thèse privilégiée par plusieurs pays, Canada en tête.

« Ce matin (samedi) j’ai parlé au président iranien Rohani et je lui ai dit que les aveux de l’Iran (…) étaient un pas important en vue d’apporter des réponses aux familles, mais j’ai souligné que d’autres mesures doivent être prises », a expliqué M. Trudeau.

« Il faut faire toute la lumière sur les raisons qui ont provoqué une tragédie aussi horrible », a-t-il martelé, exigeant que le Canada soit étroitement associé à l’enquête.

« Ce que l’Iran a reconnu est très grave, abattre un avion de ligne commercial est horrible, l’Iran doit en assumer l’entière responsabilité », a ajouté M. Trudeau. Il s’est dit « scandalisé et furieux » et a estimé que « cela n’aurait jamais dû arriver, même dans une période de tension accrue ».

Compensations financières

C’est ce contexte qu’a évoqué Téhéran pour justifier en partie son « erreur », pointant du doigt la part de responsabilité de l’« aventurisme américain » dans ce drame. Une allusion à la tension provoquée par l’élimination le 3 janvier du général iranien Qassem Soleimani dans un tir de drone à Bagdad, sur décision du président Donald Trump.

Interrogé pour savoir si Ottawa comptait demander à Téhéran des compensations financières pour les familles des victimes canadiennes, M. Trudeau a répondu positivement. « C’est certainement quelque chose qui va devoir faire partie » des discussions, a reconnu M. Trudeau, qui a rencontré vendredi, loin des caméras, des familles de victimes à Toronto.

Cette ville, la plus peuplée du pays, abrite la plus importante communauté iranienne du Canada (environ 100.000 personnes sur les 210.000 dans tout le pays). Après les aveux iraniens, cette communauté est « vraiment choquée », explique à l’AFP le vice-président de l’association Congrès canado-iranien de Toronto, Pouyan Tabasinejad.

« Il y a de la frustration et de la colère au sein de la communauté irano-canadienne, d’abord à cause du fait que l’avion a été abattu par un système anti-aérien iranien, mais aussi parce qu’ils (les responsables iraniens ndlr) ont menti », témoigne-t-il. « Ça, c’est un énorme, énorme problème ». « Il y a également un sentiment de peur », selon lui.

« D’un côté ils veulent que l’Iran rende des comptes à la communauté internationale, mais personne ne veut que ce soit une excuse pour faire la guerre » à ce pays, analyse-t-il. « C’est une situation très compliquée du point de vue de notre communauté ».

M. Trudeau a par ailleurs annoncé qu’une équipe de responsables canadiens était attendue dans la nuit de samedi à dimanche à Téhéran, après l’octroi par l’Iran de trois premiers visas à des membres de l’équipe de « déploiement rapide » du ministère des Affaires étrangères.

Une équipe de 10 représentants consulaires canadiens, qui seront notamment chargés de l’identification des victimes et de leur rapatriement, et deux enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports (BST) étaient en attente de visa à Ankara. « D’autres membres de l’équipe suivront » et « les Iraniens coopèrent actuellement dans la délivrance de visas », s’est-il félicité.

Cet accident, le plus meurtrier impliquant des Canadiens depuis l’attentat contre un Boeing 747 d’Air India en 1985 (268 Canadiens tués), a provoqué une immense émotion au Canada.

De nombreuses veillées aux chandelles ont été organisées dans tout le pays, notamment à Montréal, Ottawa, Toronto et Edmonton (ouest) d’où étaient originaires la plupart des victimes. Parmi elles de nombreux étudiants.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le temple lama à Pékin, aujourd’hui fermé pour cause d’épidémie.

    Coronavirus: l’épidémie fait tomber la Chine de son piédestal

  2. PHOTONEWS_10856380-028

    Harvey Weinstein coupable d’agression sexuelle et de viol: #MeToo, les stars et les gueux

  3. d-20191114-3X702V 2019-11-14 15:46:45

    La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite