Harry et Meghan doivent renoncer à leur titre de Duc et Duchesse de Sussex pour 46% des Britanniques

Harry et Meghan doivent renoncer à leur titre de Duc et Duchesse de Sussex pour 46% des Britanniques

Une concertation au sommet pour tenter de résoudre le casse-tête Harry-Meghan: la reine d’Angleterre Elizabeth II réunit le noyau dur de son clan lundi, après la crise déclenchée par la volonté du couple de se mettre en retrait de ses obligations royales. L’opinion publique, elle, semble désavouer Harry et Meghan: 81% des Britanniques estiment qu’ils ne doivent recevoir aucun soutien financier de la famille royale ou des contribuables et 46% pensent qu’ils doivent renoncer à leurs titres (contre 34%), selon un sondage YouGov réalisé pour le tabloïd The Sun. 54 % des Britanniques estiment même que le prince Harry devrait renoncer à sa position de sixième héritier du trône.

Selon les experts britanniques, le couple devrait néanmoins garder ses titres royaux, la reine ne voulant pas répéter l’histoire : la famille royale britannique avait été critiquée à l’époque de Diana alors que c’est cette dernière qui avait décidé d’abandonner ses titres.

Un premier face-à-face

Selon la presse britannique, la réunion de ce lundi constituera le premier face-à-face du prince Harry, 35 ans, avec sa grand-mère depuis son annonce choc mercredi de vouloir gagner son «indépendance financière» avec sa femme Meghan, 38 ans, et de vivre une partie de l’année en Amérique du Nord, sans toutefois totalement tourner le dos à la monarchie.

Son père, le prince héritier Charles, et son frère, le prince William, avec qui Harry entretient des relations difficiles, seront présents également à cette réunion sans précédent dans la résidence privée de la souveraine à Sandringham, dans l’est de l’Angleterre. Meghan, partie au Canada, pourrait y participer par conférence téléphonique.

L’ambiance risque d’être tendue, la famille royale, «blessée» selon la presse, ayant été prise de court par l’annonce explosive du couple, qui a ravivé le souvenir de l’abdication fracassante, en 1936, du roi Edouard VIII pour épouser Wallis Simpson, une Américaine divorcée — comme Meghan.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200212-3YVA7Z 2020-02-12 17:32:02

    L’Europe a un plan pour gagner la 2e manche du numérique

  2. @Isopix

    Ligue des champions: Haaland met le PSG au pied du mur

  3. «
Un client a une rentabilité de 0,11
% sur son épargne, 5,9
% de rendement pour nos actionnaires, cela me paraît déjà pas mal
!», estime Marc Lauwers, CEO.

    Marc Lauwers: «Argenta continuera à offrir des services non rentables»

La chronique
  • Ecoles: que faire du cours de morale?

    C’est un enjeu dérisoire au regard de la marche du monde, mais il est révélateur des ambiguïtés de la politique belge, et plus précisément francophone.

    En vertu de l’article 24 de la Constitution, qui prolonge sur ce point le Pacte scolaire, les écoles publiques doivent offrir le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. La création d’un cours de philosophie et citoyenneté n’a pas modifié cet état de fait : elle a seulement réduit l’horaire consacré à ces cours à une heure par semaine au lieu de deux.

    Le cours de morale non confessionnelle reste donc organisé. Or il se trouve que, au 1er septembre 2021, ses enseignants devraient détenir un « certificat en didactique du cours de morale non confessionnelle » pour exercer leur fonction. Ce certificat doit donc être mis en place, mais cela suppose de répondre au préalable à une question difficile : à quoi sert encore le cours de morale, aujourd’hui ?

    Lorsque l’on a commencé à...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite