Un montant record pour les droits TV du football belge: ils pourraient être vendus pour 120 millions d’euros

Un montant record pour les droits TV du football belge: ils pourraient être vendus pour 120 millions d’euros
Photo News

Si les onze lots mis en jeu sont gardés secrets (ni la Pro League ni les chaînes ne peuvent s’exprimer sur ce dossier), le lot principal concerne évidemment la retransmission en direct des matches de Jupiler Pro League, actuellement détenue par VOO/Telenet et Proximus.

Premier changement : il nous revient que le contrat ne sera plus de trois ans mais bien de cinq ans (avec la quasi-impossibilité de supprimer les Playoffs durant cette période car les acheteurs doivent savoir pour quoi ils paient). Pour ce futur contrat, il est raisonnable de penser que les droits belges vont passer de 80,6 millions à bien plus de 100. Et peut-être même atteindre les 120 millions comme le pressent Ivan De Witte, le président de La Gantoise.

► Voici quel groupe fait figure de favori pour s’adjuger le contrat.

► Notre grand dossier sur les droits TV.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elisabeth, citadine, va chercher son enfant à la crèche et circule en ville avec les transports en commun.

    Mobilité des familles: et vogue (souvent) la galère!

  2. Depuis un an et demi, Starr s’applique à se refaire une réputation.

    Kenneth Starr, de l’attaque de Clinton à la défense de Trump

  3. BELGA

    Open d’Australie: David Goffin a d’emblée affiché sa grande forme actuelle

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «Le casse-tête postélectoral»

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite