Festival de Cannes: le réalisateur afro-américain Spike Lee prochain président du jury

Spike Lee
Spike Lee - AFP

Le réalisateur américain Spike Lee a été désigné pour être le prochain président du jury du Festival de Cannes (12-23 mai), devenant ainsi le premier Noir à occuper cette fonction prestigieuse assurée l’an dernier par le cinéaste mexicain Alejandro Iñarritu.

« Quand on m’a appelé pour devenir président du jury de Cannes en 2020, je n’en suis pas revenu, j’étais à la fois heureux, surpris et fier », a réagi Spike Lee, 62 ans, cité par les organisateurs du Festival dans un communiqué, et qui se dit « honoré d’être la première personne de la diaspora africaine » aux États-Unis à assurer cette fonction.

Vingt-quatre heures après des nominations aux Oscars critiquées pour leur manque de diversité, le Festival de Cannes frappe fort en désignant le réalisateur américain Spike Lee comme prochain président du jury et premier Noir à occuper cette fonction.

Si le plus grand festival de cinéma au monde a déjà accueilli, au sein de son jury, des artistes noirs-américains comme la cinéaste Ava DuVernay en 2018 et l’acteur Will Smith en 2017, c’est une première concernant son président.

« Le regard de Spike Lee est plus que jamais précieux », affirment en choeur Pierre Lescure, le président du festival, et Thierry Frémaux, le délégué général, dans un communiqué.

« Cannes est une terre d’accueil naturelle et une caisse de résonance mondiale pour ceux qui (r)éveillent les esprits et questionnent chacun dans ses postures et ses convictions. La personnalité flamboyante de Spike Lee promet beaucoup », poursuivent-ils, à propos du réalisateur militant, qui a ouvert la voie à de nombreux cinéastes afro-américains.

Cinéaste phare de la cause noire, il a présenté au total sept de ses films sur la Croisette, et a été récompensé du Grand prix en 2018 pour « BlackkKlansman », racontant l’histoire vraie d’un Noir infiltré au Ku Klux Klan.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  2. DF-05385

  3. Boris Dilliès se lance dans la course à la présidence de la régionale, face à David Leisterh.

    Boris Dilliès au «Soir»: «Les libéraux bruxellois n’ont plus d’identité»

La chronique
  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite