Nethys: Stéphane Moreau se fait saisir 8 millions d’euros

Stéphane Moreau
Stéphane Moreau - Photo News

À la demande de la nouvelle direction de Nethys (Renaud Witmeur et Laurent Levaux), la justice a fait geler un peu plus de 11 millions d’euros sur les comptes de Stéphane Moreau, Pol Heyse et Bénédicte Bayer, tous les trois anciens dirigeants de l’intercommunale, rapporte L’Echo mardi.

L’action en saisie conservatoire lancée à l’initiative de la nouvelle direction de Nethys a permis d’identifier et de geler un peu plus de onze millions d’euros, alors que cette nouvelle direction cherchait à faire bloquer un peu plus de 15 millions d’euros. On n’est donc pas loin du compte et la différence entre les deux montants peut s’expliquer par le fait que les versements ont été effectués en différentes tranches et à différents moments.

D’après les informations du quotidien, concernant Stéphane Moreau, ce sont 4,8 millions d’euros qui ont été saisis auprès de la compagnie d’assurances Integrale. Les huissiers ont également réussi à débusquer 1 million d’euros auprès de la banque ING, un million chez BNP Paribas Fortis et un million chez Belfius. Pour le seul Stéphane Moreau, ce sont donc près de huit millions qui ont été gelés alors que la nouvelle direction de Nethys cherchait à bloquer 11,8 millions.

Concernant Pol Heyse, ce ne sont pas loin de 2,4 millions qui ont été saisis tandis que la justice a mis la main sur un peu plus de 800.000 euros concernant Bénédicte Bayer.

On ne sait pas encore, à ce stade, si les trois anciens dirigeants vont s’opposer légalement à ces saisies. Seul Pol Heyse, par la voix de son avocat, Jean-Pierre Buyle, a fait connaître son intention de le faire.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elisabeth, citadine, va chercher son enfant à la crèche et circule en ville avec les transports en commun.

    Mobilité des familles: et vogue (souvent) la galère!

  2. Depuis un an et demi, Starr s’applique à se refaire une réputation.

    Kenneth Starr, de l’attaque de Clinton à la défense de Trump

  3. BELGA

    Open d’Australie: David Goffin a d’emblée affiché sa grande forme actuelle

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «Le casse-tête postélectoral»

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite