Blouses blanches: faute d’accord, la CSC envisage d’autres actions

Blouses blanches: faute d’accord, la CSC envisage d’autres actions

La réunion entre employeurs et syndicats des soins de santé, qui s’est tenue jusque tard lundi soir, s’est soldée par un échec, annonce mardi la CSC par communiqué. Après douze heures de négociations, « il est apparu clairement que les fédérations patronales restent dans une logique de win-win. Tout ce qu’elles concèdent doit être compensé », note le syndicat chrétien. Aucun accord n’a dès lors pu être dégagé et la CSC envisage de nouvelles actions.

Les positions en matière d’horaires, d’organisation du travail ou encore de formation demeurent inconciliables, malgré « certaines concessions » faites pendant la journée, souligne Yves Hellendorff, secrétaire national du non-marchand de la CSC. « Certaines conventions auraient pu faire l’objet d’un accord. »

« Sur cette base, la reprise des actions semble inévitable », ajoute encore le secrétaire qui confirme que le front commun se concertera dans les prochaines heures.

Fin octobre, le PTB est parvenu à obtenir le vote d’un amendement à la loi sur les douzièmes provisoires pour créer un Fonds blouses blanches destiné à améliorer les conditions de travail du secteur infirmier. « Depuis, la désillusion plane », regrette la CSC qui dénonce un manque de moyens et de personnel dans le secteur des soins de santé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Eric Van Rompuy, CD&V.

    Eric Van Rompuy: «Monter dans un gouvernement minoritaire en Flandre? Nous passerions pour les traîtres»

  2. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  3. DF-05385

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «Le casse-tête postélectoral»

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite