L’immobilier belge a battu des records en 2019

L’immobilier belge a battu des records en 2019
René Breny

Le marché de l’immobilier est très animé en Belgique depuis l’été et bat même des records en termes de transactions immobilières, indique mardi le site internet Immoweb. Selon une étude réalisée auprès de 2.000 personnes, le nombre de Belges qui souhaitent ou songent à vendre leur bien dans les douze prochains mois a augmenté de 44 % par rapport aux mois précédents, ce qui laisse augurer une année 2020 prospère pour le secteur.

Le marché de l’immobilier connaît un boom en Belgique depuis plusieurs mois, ce qui se traduit dans certaines tendances comportementales. Ainsi, 13 % des Belges ont un projet immédiat de vente de leur habitation dans les douze prochains mois, contre 9 % les mois précédents, soit une augmentation de 44 %. Immoweb a par exemple observé une augmentation de 26 % des publications d’annonces immobilières sur son site.

Ce boom du marché s’explique de plusieurs manières, d’après le portail internet. Le premier facteur est la suppression de la déductibilité du crédit hypothécaire en Flandre (’woonbonus’), qui a poussé la population flamande à anticiper, en particulier durant le dernier trimestre. A Bruxelles, les taux de crédit hypothécaire extrêmement bas ces derniers mois ont également eu une influence.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, est sous pression au sommet européen: il a été sommé de s’expliquer et appelé à revoir le texte de sa nouvelle loi controversée.

    Orban et l’UE: chronique d’une dérive annoncée

  2. Le variant delta a poussé le Premier ministre anglais, Boris Johnson, à reporter d’un mois la dernière phase de déconfinement.

    Coronavirus: faut-il craindre une percée du variant delta en Belgique?

  3. Thierry Bodson a obtenu un compromis: l’accord social sera validé par la FGTB.

    Salaires: au bout du suspense, la FGTB signera l’accord social

La chronique
  • La chronique «Je dirais même plus»: adieu monde cruel!

    Une enquête vient d’être ouverte en France après l’effacement des comptes en crypto-monnaie des fonds confiés par des investisseurs à un gestionnaire de fortune. Une seconde a suffi pour que toutes les économies de leurs clients disparaissent dans un grand trou noir.

    Le Giec annonce un avenir post-apocalyptique pour ceux qui peuplent notre pauvre planète bleue, qui va, selon ces experts, changer de couleur : demain, la Terre sera la nouvelle planète rouge. Mais nous serons peu nombreux à assister à la disparition de toute vie actuelle, promettent les joyeux drilles du Giec, imprégnés manifestement des textes bibliques. A la veille des vacances, on se retiendra donc de chanter : « les cahiers au feu et les profs au milieu » !

    Le point commun entre ces deux infos : l’effacement. Voilà donc la pire menace qui plane sur notre époque, nos civilisations.

    La disparition des supports physiques, papier ou film, met en danger la conservation de la mémoire. Même les archives...

    Lire la suite

  • La FGTB maintient son unité sur la promesse d’un automne social

    On a senti le souffle. Celui du boulet qui menaçait l’accord social du 8 juin. Et celui du soulagement, à l’issue du bureau fédéral de la FGTB, ce jeudi soir. Parce qu’un changement de position aurait été catastrophique à plus d’un titre.

    Pour les 70.000 salariés qui, dès avril 2022, bénéficieront des hausses du salaire minimum. Pour la concertation sociale « à la belge », un temps ragaillardie par l’accord intervenu ce 8 juin entre patrons et syndicats. Pour le syndicat socialiste, enfin,...

    Lire la suite