Crash d’un Boeing en Iran: la justice iranienne annonce des arrestations

Crash d’un Boeing en Iran: la justice iranienne annonce des arrestations
AFP

L’Iran a procédé à des arrestations dans l’affaire de la catastrophe du Boeing ukrainien, abattu par erreur par un missile iranien près de Téhéran, tuant les 176 passagers à bord, a annoncé mardi le porte-parole de la justice Gholamhossein Esmaili.

Il s’agit des premières arrestations annoncées par Téhéran depuis le crash le 8 janvier de l’avion qui transportait en majorité des Iraniens et des Canadiens, quelques heures après des tirs de missiles iraniens contre des bases militaires en Irak en représailles cinq jours plus tôt à l’assassinat du général Qassem Soleimani.

« Une vaste enquête a été menée et des gens ont été arrêtés », a déclaré M. Esmaili, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse télévisée. Il n’a pas donné le nombre de personnes arrêtées.

Après avoir démenti l’hypothèse selon laquelle l’avion d’Ukraine International Airlines ait pu être abattu par un missile iranien, les forces armées iraniennes ont reconnu samedi leur responsabilité dans ce drame, évoquant une « erreur humaine ».

Le général de brigade Amirali Hajizadeh, commandant de la branche aérospatiale des Gardiens de la Révolution, en a endossé samedi la « responsabilité totale », tout en disant que le soldat chargé de tirer avait agi de façon indépendante.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  2. DF-05385

  3. Boris Dilliès se lance dans la course à la présidence de la régionale, face à David Leisterh.

    Boris Dilliès au «Soir»: «Les libéraux bruxellois n’ont plus d’identité»

La chronique
  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite