Michael Bloomberg, candidat démocrate: «Je dépense tout mon argent pour me débarrasser de Trump»

Michael Bloomberg, candidat démocrate: «Je dépense tout mon argent pour me débarrasser de Trump»
Reuters

L’argent n’est pas un problème pour Michael Bloomberg, candidat démocrate à la présidentielle américaine. S’il s’est lancé dans la course plus tard que ses adversaires, l’ancien maire de New York a l’intention de rattraper son retard à coups de publicités. Une stratégie loin d’être gratuite : l’homme a déjà investi plus de 100 millions de dollars dans des spots télés (pas besoin de s’inquiéter pour ce milliardaire dont la fortune personnelle est estimée à 50 milliards de dollars).

Le candidat a également investi dans une pub nationale pendant un match de football américain diffusé ce week-end et compte réitérer l’expérience, avec un spot qui sera diffusé lors du Super Bowl le 2 février prochain. Le prix ? 10 millions de dollars la minute. (Les esprits des milliardaires se rencontrent : Trump aussi a acheté une publicité lors de l’événement sportif).

Toujours est-il que la stratégie de Michael Bloomberg semble payer : le candidat est remonté à la cinquième place dans les sondages. Interrogé sur le sujet par l’agence de presse Reuters, celui qui est présenté comme la huitième fortune des États-Unis a déclaré être prêt à dépenser ne grande partie de sa vaste fortune pour évincer le président républicain de la Maison-Blanche en 2020. « La priorité numéro un est de se débarrasser de Donald Trump. Je dépense tout mon argent pour me débarrasser de Trump », a-t-il déclaré, alors qu’il sillonne le pays à bord de son bus de campagne.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  2. DF-05385

  3. Boris Dilliès se lance dans la course à la présidence de la régionale, face à David Leisterh.

    Boris Dilliès au «Soir»: «Les libéraux bruxellois n’ont plus d’identité»

La chronique
  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite