Quique Setién, nouveau coach de Barcelone: «Dans mes rêves les plus fous, je n’aurais jamais pu imaginer ça»

Quique Setién, nouveau coach de Barcelone: «Dans mes rêves les plus fous, je n’aurais jamais pu imaginer ça»
Reuters

Le FC Barcelone a présenté son nouvel entraîneur, Quique Setién, mardi après-midi. L’Espagnol de 61 ans, qui a déjà mené sa première séance d’entraînement le matin, était très impatient de commencer sa présentation. « Mon objectif à Barcelone est de gagner tout ce qui est possible et de pratiquer un bon football. Je crois que pour obtenir des résultats, il faut du bon football », a estimé Setién.

Setién a signé un contrat au Camp Nou jusqu’en juin 2022. Lundi soir, Barcelone a annoncé le départ d’Ernesto Valverde, après quoi le champion d’Espagne a révélé le nom du nouvel entraîneur. La direction du club catalan avait contacté deux anciens joueurs Xavi et Ronald Koeman, mais les deux entraîneurs ne voulaient pas commencer tout de suite, alors le Barça s’est tourné vers l’ancien l’entraîneur du Betis Quique Sétién libre depuis le mois de juillet.

Setién n’a jamais entraîné un club du top européen. « Dans mes rêves les plus fous, je n’aurais jamais pu imaginer que je serais un jour entraîneur du FC Barcelone », a-t-il déclaré de manière significative. « C’est un jour si spécial et je tiens à remercier tous ceux qui m’ont choisi. Je vais essayer de transmettre mon enthousiasme et mon dynamisme aux joueurs ».

« J’ai apprécié le jeu de Lionel Messi et de ses coéquipiers », a conclu Setién. « Ils m’ont donné beaucoup de plaisir et j’ai beaucoup appris des joueurs avec lesquels je vais maintenant pouvoir travailler à l’entraînement. Je suis sûr que nous aurons une excellente relation car je suis une personnalité directe et honnête ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Eric Van Rompuy, CD&V.

    Eric Van Rompuy au «Soir»: «Il faut un gouvernement avec la N-VA et le PS»

  2. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  3. DF-05385

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «Le casse-tête postélectoral»

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite