La première carte d’identité nouvelle génération délivrée à Lokeren: ce qui change

La première carte d’identité nouvelle génération délivrée à Lokeren: ce qui change
Photo News

Le ministre de l’Intérieur Pieter De Crem (CD&V) a dévoilé mardi à Lokeren le premier exemplaire de la nouvelle carte d’identité électronique. Le document renfermera désormais les empreintes digitales de son possesseur. La photo, elle, sera située à gauche et non plus à droite.

La première eID a été remise par M. de Crem au bourgmestre de la commune Filip Anthuenis (Open VLD). La ville de Flandre orientale sera la première de Belgique à distribuer ces nouvelles cartes d’identité à sa population.

Il s’agit de la première mise à jour du document depuis 2002. Ce relooking permettra à la nouvelle carte d’identité de répondre aux règles internationales.

De nombreuses critiques

La présence des empreintes digitales suscite toutefois de nombreuses critiques. La Chambre avait approuvé cette mesure en novembre 2018, malgré un avis négatif de l’Autorité de protection des données (APD). En février, une étude menée par le groupe de recherche Computer Security and Industrial Cryptography (COSIC) de la KU Leuven qualifiait la proposition « d’obscure, superflue, disproportionnée et particulièrement risquée ». L’association Ministry of Privacy a également lancé une campagne de financement participatif en mars afin d’enclencher une procédure auprès de la Cour constitutionnelle, qui doit encore s’exprimer sur cette question.

La phase de test dans 25 communes, prévue initialement pour 2019, avait été reportée plusieurs fois. Quant à la généralisation de la nouvelle carte sur tout le territoire, elle dépendra des résultats de ladite phase.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  2. DF-05385

  3. Boris Dilliès se lance dans la course à la présidence de la régionale, face à David Leisterh.

    Boris Dilliès au «Soir»: «Les libéraux bruxellois n’ont plus d’identité»

La chronique
  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite