Accueil Société Régions Wallonie

Un lieu de vie pour assurer le relais entre la prison et la liberté

Après Malines, une première « maison de transition » ouvre en Wallonie. Une vraie révolution dans la réinsertion des détenus inspirée d’une expérience néerlandaise menée depuis 40 ans.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Société Temps de lecture: 5 min

Aussi glaciale que les portes d’une prison. De l’extérieur, on ne le cachera pas, la « maison de transition » d’Enghien n’inspire pas grand-chose. Installé le long d’une chaussée passante, à côté d’un grand espace de coworking et au milieu d’une zone commerciale abritant de grandes enseignes de la construction, l’espace n’est repérable que par le petit panneau dénominateur installé à l’entrée. Il faut franchir les portes badgées pour mieux appréhender l’esprit des lieux. C’est là, par la grande fenêtre qui aère chacune des quinze chambres des détenus participants, que l’on commence à comprendre. Chaque occupant a une vue dégagée sur un pré herbé qui limite tout l’horizon, celui que beaucoup d’entre eux n’ont plus aperçu depuis des années.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Wallonie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs