Les F-16 belges ont réalisé une vingtaine de décollages d’alerte pour intercepter des appareils russes

Les F-16 belges ont réalisé une vingtaine de décollages d’alerte pour intercepter des appareils russes
Photo News

Les quatre chasseurs-bombardiers F-16 belges déployés depuis début septembre en Lituanie pour protéger l’espace aérien des pays baltes, membres de l’Otan mais dépourvus d’avions de combat, ont effectué une vingtaine de décollages d’alerte pour intercepter des appareils russes s’approchant du territoire allié au-dessus de la mer Baltique, a-t-on indiqué mardi de sources militaires.

Le détachement aérien belge, fort d’une cinquantaine de personnes provenant principalement des bases aériennes de Florennes et de Kleine-Brogel, est déployé sur la base aérienne de Siauliai, en Lituanie, pour une période inhabituellement longue de huit mois – ce qui correspond à deux tours d’opération successifs, selon les standards de l’Alliance atlantique.

Le 2e wing tactique, basé à Florennes, dans l’Entre-Sambre-et-Meuse, a assuré la direction de cette mission appelée « Baltic Air Policing » (BAP) fin 2019, avant de céder le relais au 10e wing de Kleine-Brogel (Limbourg).

Aucun décollage d’alerte réel en 2020

Les Belges ont déjà effectué sans incident une vingtaine « d’alpha scrambles » (décollages d’alerte réels) depuis leur arrivée et quelque 80 « tango scrambles » dédiés à l’entraînement, a expliqué le commandant du détachement, le lieutenant-colonel Roelants « Ron » Van Thienen, à un groupe de journalistes en visite à Siauliai.

Mais aucun « alpha scramble » n’a eu lieu depuis le début de l’année 2020 et la relève du contingent venu de Florennes par celui de Kleine-Brogel, a précisé le pilote, qui commande habituellement la 349e escadrille, l’une des quatre unités de chasseurs-bombardiers de la composante Air.

Sur le même sujet
PolitiqueLituanie
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  2. DF-05385

  3. Boris Dilliès se lance dans la course à la présidence de la régionale, face à David Leisterh.

    Boris Dilliès au «Soir»: «Les libéraux bruxellois n’ont plus d’identité»

La chronique
  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite