Affaire Sudpresse-Nordpresse: la société exploitant le site Nordpresse condamnée

Affaire Sudpresse-Nordpresse: la société exploitant le site Nordpresse condamnée

La section namuroise du tribunal de l’entreprise de Liège a reconnu coupable la semaine dernière la société exploitant le site nordpresse.be de dénigrement à l’égard du groupe Sudpresse, rapportent les parties mardi. La société, Vincestonian, est condamnée à verser la somme de 2.051 euros à Sudpresse.

Après avoir critiqué la déontologie du groupe journalistique qui avait publié en octobre dernier un article sur le viol d’une adolescente, le site satirique Nordpresse avait suggéré à ses abonnés de faire connaître de telles pratiques éditoriales aux annonceurs du groupe Sudpresse. Certains d’entre eux auraient alors pris la décision de revoir leur partenariat avec le média.

Selon le tribunal, Vincestonian « n’établit pas que Sudpresse aurait à un quelconque moment violé la loi. Elle a dépassé ce que lui permettait sa liberté d’expression dans une société démocratique et a dénigré son concurrent, Sudpresse. »

Le tribunal a par ailleurs mis en évidence le caractère commercial de l’activité de la société Vincestonian. Il ne s’agit pas d’un « citoyen militant, ni d’une association sans but lucratif ou une ONG qui se seraient donné un rôle sociétal. Il s’agit d’une société commerciale qui a donc un but lucratif ». L’optimalisation fiscale effectuée par Vincent Herregat, principal contributeur du site parodique, « situe par ailleurs clairement l’activité de la société dans la sphère économique et non dans la sphère philanthropique ».

La société a été condamnée à retirer de sa page Facebook et de son site internet, sous peine d’astreinte, toute une série d’articles que le tribunal de l’entreprise a estimés liés à la campagne de dénigrement.

Vincestonian est également contrainte à publier une copie du jugement du tribunal pendant 60 jours sur sa page Facebook et en haut de la page d’accueil du site www.nordpresse.be, là aussi sous peine d’astreinte.

Vincent Herregat, n’est pas condamné à titre personnel et Sudpresse doit lui verser 1.440 euros d’indemnité de procédure. M. Herregat a déjà fait part de son intention de faire appel du jugement.

Sur le même sujet
Internet
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Eric Van Rompuy, CD&V.

    Eric Van Rompuy au «Soir»: «Il faut un gouvernement avec la N-VA et le PS»

  2. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  3. DF-05385

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «Le casse-tête postélectoral»

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite