Espagne: au moins un mort dans l’explosion d’une usine pétrochimique de Tarragone

Espagne: au moins un mort dans l’explosion d’une usine pétrochimique de Tarragone
EPA

Une personne est décédée ce mardi soir dans l’effondrement de sa maison, provoqué par l’onde de choc de l’explosion au sein de l’usine pétrochimique IQOXE à Tarragone, a confirmé un porte-parole de la municipalité de Torreforta cité par El País. Quatre personnes ont également été gravement brûlées, d’après les services d’urgence.

Industrias Químicas de Óxido de Etileno (IQOXE), unique entreprise qui traite de l’oxyde d’éthylène en Espagne, a une capacité de production de 140.000 tonnes par an de ce composé utilisé pour fabriquer des polymères.

La protection civile, qui avait dans un premier temps recommandé des mesures de confinement pour 300.000 personnes, a réduit ce dispositif aux communes avoisinantes de La Canonja et Vilaseca, ainsi qu’à trois quartiers de la ville de Tarragone. Elle a en outre précisé que le long panache de fumée visible à plusieurs kilomètres à la ronde n’était pas toxique.

L’explosion a provoqué l’apparition de plusieurs foyers d’incendie dans d’autres installations de la zone industrielle où se trouve l’usine IQOXE, ajoute le quotidien catalan La Vanguardia. Les pompiers tentent ainsi d’éteindre d’abord les flammes qui menacent les dépôts chimiques.

Le président du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a offert « toute l’aide nécessaire » au président régional Quim Torra, a-t-il indiqué sur Twitter.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  2. DF-05385

  3. Boris Dilliès se lance dans la course à la présidence de la régionale, face à David Leisterh.

    Boris Dilliès au «Soir»: «Les libéraux bruxellois n’ont plus d’identité»

La chronique
  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite