Les modems de Voo sont frappés d’une faille de sécurité

Les modems de Voo sont frappés d’une faille de sécurité

Cable haunt ». C’est un nom sorti tout droit des romans gothiques pleins de manoirs hantés qu’ont donné les chercheurs danois de la société Lyrebirds à une faille qu’ils viennent de découvrir dans certains types de modems pour les réseaux câblés. Cette vulnérabilité critique touche des modems pour le câble de plusieurs constructeurs. Elle pourrait permettre à des attaquants de prendre le contrôle de l’équipement, d’intercepter des informations confidentielles ou encore de rediriger leur trafic, parmi d’autres joyeusetés.

« Forcer le redémarrage à distance »

Selon les estimations à la grosse louche des chercheurs, environ deux cents millions de modems seraient sensibles à cette faille rien qu’en Europe. Une liste non exhaustive des modems touchés par « cable haunt » a été publiée et, parmi ceux-ci, on trouve au moins deux modèles utilisés par Voo, marque sous laquelle sont commercialisés les services télé et internet de Nethys et Brutélé en Wallonie et sur une partie de Bruxelles. Il s’agit de certains appareils des modèles Netgear CG3700 et Technicolor.

« Effectivement, une partie de nos modems sont affectés », reconnaît le porte-parole de Voo, Patrick Blocry. « Mais pour exploiter la faille, il faudrait que l’attaquant prenne pied sur le réseau du client ». Voo prend cependant le problème au sérieux. Un correctif existe déjà pour les modems concernés et il va être appliqué rapidement. « Nous allons forcer le redémarrage à distance d’une partie de notre parc de modems dès la nuit de mardi à mercredi », poursuit Patrick Blocry. « Cela permettra le téléchargement automatique de la mise à jour et protégera nos clients. L’autre moitié du parc sera rebootée la nuit suivante, de mercredi à jeudi ».

Sur le même sujet
Économie et financesVoo
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Eric Van Rompuy, CD&V.

    Eric Van Rompuy au «Soir»: «Il faut un gouvernement avec la N-VA et le PS»

  2. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  3. DF-05385

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «Le casse-tête postélectoral»

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite