SNCB: le nombre de passagers a augmenté de 11% en trois ans

SNCB: le nombre de passagers a augmenté de 11% en trois ans

En trois ans, la SNCB a vu augmenter le nombre de ses utilisateurs de plus de 11 % et a, une fois de plus, battu son record historique de fréquentation. Après les 243,9 millions de passagers transportés en 2018 (dépasser la barre des 240 millions n’était plus arrivé depuis 1963), le millésime ferroviaire 2019 a vu défiler 253 millions d’utilisateurs. Soit une augmentation de 3,9 %, qui s’ajoute à celle de 2018 (3,7 %) et de 2017 (3,6 %). Un niveau d’accroissement constant de la clientèle qu’elle n’avait plus vu depuis une dizaine d’années.

La SNCB constate encore que l’augmentation connue en 2019 concerne tous les types de voyageurs : les « domicile-travail », les « scolaires » et les « loisirs ». Le nouveau plan de transport 2020-2023 prévoit d’augmenter l’offre de trains de 5 %, ce qui augure de nouveaux records annuels.

Ce ne sont pas les seuls chiffres positifs enregistrés par la SNCB en 2019. La ponctualité s’est améliorée avec 90,4 % des trains qui enregistrent un retard de moins de six minutes. Certes, le retard cumulé des convois atteignait l’an dernier le chiffre astronomique de 2,6 millions de minutes, mais c’est mieux qu’en 2018, où seulement 87,2 % des trains arrivaient à l’heure ou avec moins de six minutes de retard. Infrabel, le gestionnaire du réseau ferré, attribue cette amélioration de la ponctualité à une météo clémente, mais aussi à une diminution des « intrusions sur les voies ».

La satisfaction des voyageurs s’améliore également : ils attribuent à la SNCB une cote globale moyenne de 67,7 % et décernent même la note de 88,1 % aux accompagnateurs de train.

► La satisfaction est également en hausse : notre analyse sur Le Soir+.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur la chaussée de Haecht, épicentre de la communauté belgo-turque de Bruxelles, on affiche aux les couleurs du drapeau.

    Saint-Josse: en «petite Anatolie», la déloyauté à Ankara reste un risque à prendre

  2. Le port du masque est désormais obligatoire pour chaque activité extérieure - ici, un vendeur de poissons et de tortues à Wuhan.

    Coronavirus: «On doit être vigilants, mais pas inquiets»

  3. «
Entre les peshmergas (photo) et l’armée irakienne, l’Etat islamique. Qui est en train de se réorganiser.
»

    Tels des ours sauvages dans les tanières de l’Etat islamique en Irak

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite