Ligue des Champions de basket: Anvers éliminé après sa défaite au Rasta Vechta

Ligue des Champions de basket: Anvers éliminé après sa défaite au Rasta Vechta
Belga

Anvers s’est incliné mardi soir en Allemagne face au Rasta Vechta (79-72) pour le compte de la 11e journée en Ligue des Champions de basket.

Les joueurs de Christophe Beghin, le coach anversois, ont subi leur 8e défaite de la compétition ce mardi soir et sont éliminés de la Ligue des Champions de Basket alors qu’il reste encore trois rencontres à disputer (3 victoires pour 8 défaites). Un coup dur pour cette équipe des Giants qui avait atteint le Final Four de la compétition l’année dernière et qui avait même fini troisième. En déplacement en Allemagne, les Anversois n’ont jamais réellement été largués mais n’ont jamais inquiété non plus le Rasta Vechta. Les locaux ont creusé l’écart petit à petit (18-16, 39-33, 62-53 et 79-72).

Anvers a eu énormément de difficultés pour museler le banc allemand et plus particulièrement le duo Josh Young (25 points) et Jordan Davis (16 points) qui a fait mal aux visiteurs, tout comme les 19 pertes de balle concédées par les Giants. Des Anversois qui ont été emmenés offensivement pas Dennis Donkor auteur de 14 points à 100 % de réussite (3/3 à 3 points et 5/5 aux lancers).

Dans le groupe C, malgré un excellent Retin Obasohan auteur de 20 points (5/10 à 2 points, 3/5 à 3 points et 1/1 aux lancers), les Allemands de Brose Bamberg, coaché par l’ancien anversois Roel Moors, se sont inclinés en déplacement chez les Monténégrins de Mornar Bar (77-73). Suite à cette défaite, Brose Bamberg s’affiche avec un bilan de 5 victoires pour 6 défaites mais reste 4e, place qualificative pour le prochain tour de la compétition. Mardi prochain, les Allemands accueillent les Lettons de Riga alors qu’Anvers reçoit les Polonais d’Anwil Wloclawek. Les quatre premiers de chaque groupe (composé de huit équipes) sont qualifiés pour le deuxième tour de la compétition.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • ©News

    Par S.Dr.

    Basket

    La Coupe de Belgique au cœur des ambitions carolos

  • ©News

    Par Jonas Bernard

    NBA

    Le sport US en vacances en Europe, avant de s’y installer?

  • Le quadragénaire aimerait vraiment rester dans le coaching.

    Par Stéphane Druart

    Euromillions League

    Basket: Serge Crevecoeur jette l’éponge, avant le Brussels?

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur la chaussée de Haecht, épicentre de la communauté belgo-turque de Bruxelles, on affiche aux les couleurs du drapeau.

    Saint-Josse: en «petite Anatolie», la déloyauté à Ankara reste un risque à prendre

  2. Le port du masque est désormais obligatoire pour chaque activité extérieure - ici, un vendeur de poissons et de tortues à Wuhan.

    Coronavirus: «On doit être vigilants, mais pas inquiets»

  3. «
Entre les peshmergas (photo) et l’armée irakienne, l’Etat islamique. Qui est en train de se réorganiser.
»

    Tels des ours sauvages dans les tanières de l’Etat islamique en Irak

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite