Accueil Opinions Éditos

Harry et Meghan: chacun est libre de tracer son destin

Le duc et la duchesse de Sussex ont reçu une réponse plus favorable qu’en son temps Margaret, sœur d’Elisabeth.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Je vous demande juste un futur que je peux supporter. » Cette phrase n’est pas du prince Harry ou de son épouse, mais elle s’applique parfaitement au geste rebelle posé par le jeune couple la semaine dernière et in fine validé lors d’un sommet familial ce lundi. C’est un autre membre de la famille royale britannique qui l’aurait prononcée.

Il y a 70 ans, Margaret aurait en effet fait cette demande à sa sœur, la reine Elisabeth, qui refusait son mariage avec le capitaine Peter Townsend de même que d’incarner à sa façon la fonction royale.

« Je vous demande juste un futur que je peux supporter » : cette phrase est tirée de l’excellente série britannique The Crown et dit bien la prison passée et présente des princes et princesses de Windsor, au destin dicté, scellé, emmuré par la perpétuation jugée vitale d’une monarchie fragile.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par MICHEL FRANCOTTE, mercredi 15 janvier 2020, 12:09

    Merci pour ce bel avis

  • Posté par Pelgrims Alain, mercredi 15 janvier 2020, 9:47

    entièrement d'accord Mme Delvaux; personne n'a demandé à naître et encore moins en prince et de surcroît de la couronne britannique !

  • Posté par Monsieur Alain, mercredi 15 janvier 2020, 9:45

    Un beau texte - sans aucun doute, les - très - privilégiés aussi ont des droits.

  • Posté par Bernard Philippe, mercredi 15 janvier 2020, 8:54

    Familles royales, ducs, comtes et autres barons, me cassent les bonbons. La noblesse me file le bourdon, plus que jamais, vite, vite, la révolution !

  • Posté par Van den Eeckhoudt Etienne, mercredi 15 janvier 2020, 9:53

    La révolutionne vas rien résoudre. Ces personnes ne représentent plus grand chose et n'ont pas beaucoup de pouvoir. Par contre, le monde financier et les dirigeants de multinationales gèrent la planète. S'il y a une révolution à faire, c'est contre ces gens là.

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs