Venezuela: les compagnies aériennes payeront leur carburant en cryptomonnaie locale

Venezuela: les compagnies aériennes payeront leur carburant en cryptomonnaie locale
Reuters

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a décrété mardi que la compagnie pétrolière PDVSA devrait désormais facturer son carburant aux compagnies qui desservent des destinations internationales depuis le Venezuela en Petro, une cryptomonnaie locale interdite par Washington et qualifiée « d’arnaque » par des plateformes d’échanges.

« Je décrète à partir de cet instant la vente en Petro de tout le carburant vendu par PDVSA aux avions qui opèrent des liaisons internationales », a déclaré Nicolas Maduro dans un discours destiné à dresser le bilan de son action en 2019 devant l’Assemblée nationale constituante, uniquement composée de militants loyaux au pouvoir chaviste.

Nicolas Maduro n’a toutefois pas précisé si cette mesure concernait tant les compagnies vénézuéliennes que leurs consœurs étrangères. La desserte du Venezuela depuis l’étranger s’est fortement restreinte depuis le début de la crise qui frappe le pays aux plus grandes réserves de pétrole au monde, il y a sept ans.

Aujourd’hui, l’aéroport Maiquetia de Caracas est encore desservi à l’international par Air France, Iberia, la portugaise Tap, Air Europa ou Copa (Panama) et certaines compagnies vénézuéliennes. Mais il n’y a plus aucun vol direct vers les Etats-Unis, en raison des sanctions prises par Washington pour mettre Nicolas Maduro sous pression.

« Un monstre créé de toutes pièces »

Selon l’Association internationale du transport aérien (Iata), Caracas doit 3,8 milliards de dollars aux compagnies aériennes étrangères. Le Petro est décrié par les économistes et les cambistes.

Lancée l’an dernier par le gouvernement de Nicolas Maduro, cette monnaie virtuelle vaut environ 60 dollars, mais pour l’économiste vénézuélien Asdrubal Oliveros, c’est « un monstre » créé de toutes pièces dans un contexte d’hyperinflation où la confiance économique est « de zéro ».

Dans l’éventail de ses sanctions, l’administration américaine de Donald Trump a interdit toute transaction en Petro. Et, à l’inverse du Bitcoin et d’autres cryptomonnaies, le Petro n’est pas disponible sur les plateformes d’achats. Certains sites d’évaluation comme Icoindex.com le qualifient même d’« arnaque ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Eric Van Rompuy, CD&V.

    Eric Van Rompuy au «Soir»: «Il faut un gouvernement avec la N-VA et le PS»

  2. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  3. DF-05385

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «Le casse-tête postélectoral»

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite