Google veut éliminer progressivement les «cookies»

Google veut éliminer progressivement les «cookies»
EPA

Google a annoncé mardi se donner deux ans pour éliminer de son navigateur les « cookies » des sites internet, ces petits modules électroniques d’identification qui vous suivent sur internet pour mieux cibler la publicité et dénoncés par les militants de la protection de la vie privée.

Le géant du web a indiqué que son programme « Privacy Sandbox » lancée en août permettrait toujours aux annonceurs de diffuser des messages ciblés, tout en évitant aux gens d’être suivis par ces « cookies » lorsqu’ils utilisent le navigateur Google Chrome.

L’objectif est de rendre les « cookies » de sites tiers (qui ne proviennent pas du navigateur utilisé mais du site visité), « obsolètes » d’ici « deux ans », a indiqué dans un billet de blog Justin Schuh de Chrome Engineering.

Ces petits traceurs, installés automatiquement lors de la visite d’un site internet, servent à identifier un internaute, à sauvegarder ses préférences mais aussi à établir son profil et à savoir s’il a vu, ou cliqué, sur une publicité. Leur utilisation est dénoncée par les partisans du respect de la vie privée, mais défendue par les développeurs de services en ligne gratuits qui survivent grâce aux revenus publicitaires qu’ils génèrent.

« Notre objectif avec cette initiative open source (dont les codes sont accessibles à tous, ndlr) est de rendre le web plus privé et sécurisé pour les utilisateurs, tout en soutenant les éditeurs », a assuré M. Schuh. Bloquer purement et simplement les « cookies » n’est pas une bonne solution pour le géant américain qui craint que cela n’encourage des méthodes de traçage encore plus insidieuses.

Google n’a pas précisé par quoi il comptait remplacer ces « cookies » tiers, mais a dit « travailler activement » pour que les développeurs et éditeurs aient l’opportunité d’expérimenter de nouveaux mécanismes.

Reste à savoir si l’élimination progressive de ces traceurs donnera à Google plus de contrôle sur sa publicité en ligne, un secteur qu’il domine pour l’instant aux côtés de Facebook.

Sur le même sujet
PublicitéInternet
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Eric Van Rompuy, CD&V.

    Eric Van Rompuy au «Soir»: «Il faut un gouvernement avec la N-VA et le PS»

  2. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  3. DF-05385

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «Le casse-tête postélectoral»

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite