Formation fédérale: «C’est difficile de croire à la sincérité de Bart De Wever», estime Rudi Vervoort

Formation fédérale: «C’est difficile de croire à la sincérité de Bart De Wever», estime Rudi Vervoort
Belga

Nous avons reçu avec grande circonspection le message de Bart De Wever. C’est difficile de croire en sa sincérité», a déclaré le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort (PS), mercredi matin sur Bel RTL.

«On connaît l’histoire. Il est toujours difficile de lire dans le jeu de Bart De Wever, ce qui est plutôt sa marque de fabrique», a ajouté Vervoort selon qui la légitimité du président de la N-VA s’est par ailleurs «largement étiolée au fil du temps».

«On a toujours l’impression qu’il rajoute une petite couche pour remettre un peu de brouillard dans le processus et se dire que cette crise peut se poursuivre indéfiniment, ce qui peut-être, d’une certaine manière, l’arrange», a poursuivi le ministre-président bruxellois.

«Aujourd’hui, c’est aux préformateurs à prendre une série d’initiatives, à moins qu’ils ne servent à rien et qu’ils ne soient que des paravents. Les uns et les autres ont été suffisamment clairs quant à leurs intentions», a conclu Rudi Vervoort.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  2. DF-05385

  3. Boris Dilliès se lance dans la course à la présidence de la régionale, face à David Leisterh.

    Boris Dilliès au «Soir»: «Les libéraux bruxellois n’ont plus d’identité»

La chronique
  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite