Manchester United renonce à un camp d’entraînement au Moyen-Orient à cause des tensions dans la région

©Photonews
©Photonews

Manchester United a renoncé à partir au Moyen-Orient lors de la trêve hivernale du championnat anglais, début février, en raison des tensions dans la région a annoncé mardi l’entraîneur mancunien Ole Gunnar Solskjaer.

Les Red Devils ont pris l’habitude lors des dernières saisons d’aller s’entraîner au chaud en hiver dans le complexe Nad Al Sheba de Dubai. Un séjour dans ce centre d’entraînement était prévu début février lors de la première trêve hivernale du championnat anglais mais « cela n’arrivera assurément pas », a affirmé l’entraîneur Solskjaer en conférence de presse.

« S’il y a quelque chose qui me préoccupe, ce n’est pas sur le terrain de football. Ce sont d’autres choses qui m’inquiètent », a justifié le Norvégien faisant référence à la montée des tensions consécutives à la mort du général iranien Qassem Soleimani lors d’un bombardement aérien américain le 3 janvier.

L’entraîneur a précisé qu’il donnerait à la place « quelques jours libres » à ses joueurs après le match contre Wolverhampton le 1er février, à l’issue duquel le club mancunien ne joue plus pendant deux semaines.

L’équipe de football masculine des États-Unis avait également annulé en début d’année une session d’entraînement de 5 au 25 janvier au Qatar « en raison de l’évolution de la situation dans la région ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. ballen 1

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite