Soulier d’Or: que sont devenus les cinq derniers lauréats?

Soulier d’Or: que sont devenus les cinq derniers lauréats?

Ce mercredi soir sera connu le lauréat du 66e Soulier d’Or belge. Deux candidats se détachent pour succéder au joueur du FC Bruges Hans Vanaken en tant que meilleur joueur du championnat de Belgique : Dieumerci Mbokani de l’Antwerp et… Hans Vanaken lui-même.

Les précédents vainqueurs de ce trophée ont connu des chemins divers. Entre transfert à l’étranger et continuité en Belgique, voici où en sont aujourd’hui les cinq derniers lauréats.

2014 : Dennis Praet

Dennis Praet est élu Soulier d’Or en Belgique à l’âge de 20 ans. Ce trophée est venu couronner ses belles performances au Sporting d’Anderlecht, où il restera encore quelques saisons. À l’été 2016, il rejoint la Sampdoria de Gênes en Italie. Souvent titulaire, mais rarement décisif (4 buts et 6 assists en Serie A en disputant une centaine de matches), Praet a tout de même tapé dans l’œil de Leicester où il évolue depuis le début de la saison en cours. Malgré son faible temps de jeu, il compte un but et une passe décisive en Premier League. Il est également régulièrement appelé chez les Diables rouges depuis octobre 2018.

2015 : Sven Kums

La Gantoise a remporté le titre de champion de Belgique en 2015. Et c’est tout naturellement que le Buffalo Sven Kums décroche le Soulier d’Or cette même année. Le Belge a évolué encore une saison avec le club gantois avant de rejoindre Watford en Angleterre… sans jamais y jouer. Il est alors prêté à l’Udinese, où il n’est pas parvenu à briller. Kums est rentré en Belgique à l’été 2017 en rejoignant les rangs d’Anderlecht. Depuis l’été dernier, il a retrouvé La Gantoise où il est prêté par les Mauves.

2016 : José Izquierdo

Le Colombien José Izquierdo remporte le trophée en 2016 après le titre de champion de Belgique conquis avec le FC Bruges. Il part pour l’Angleterre en août 2017, du côté de Brighton & Hove Albion, tout juste promu en Premier League. Après une première saison plutôt aboutie, Izquierdo connaît des difficultés depuis mai 2018, enchaînant les blessures au genou le tenant écarté des terrains pendant de long mois. Sa dernière apparition remonte au 27 avril 2019.

2017 : Ruud Vormer

Sacré meilleur joueur belge en 2017, le Néerlandais Ruud Vormer n’a pas pour autant quitté la Belgique. C’est donc toujours sous le maillot du Club de Bruges qu’il évolue, remportant le championnat à l’issue de la saison 2017-2018 avec de très belles statistiques personnelles (13 buts et 19 assists). La saison suivante, il connaît un certain relâchement (6 buts et 10 assists), mais est reparti de plus belle ces derniers mois. Vormer est actuellement le meilleur donneur d’assists de la saison en Pro League avec 13 passes décisives, en plus d’avoir inscrit un petit but.

2018 : Hans Vanaken

C’est une nouvelle fois un joueur du Club de Bruges qui remporte le Soulier d’Or en 2018. Hans Vanaken a conclu la saison 2018-2019 avec 14 buts à son compteur, mais surtout en tant que meilleur passeur décisif avec 17 assists en 40 rencontres. Si Bruges domine le championnat de Belgique à l’heure actuelle, c’est notamment grâce à Vanaken qui a déjà planté 9 roses et délivré 2 assists en 20 rencontres. Sa réussite en club lui a ouvert les portes des Diables rouges puisqu’il a été appelé par Roberto Martinez pour les éliminatoires de l’Euro 2020. Le milieu de terrain n’aura finalement joué que face à Saint-Marin en octobre et Chypre en novembre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elisabeth, citadine, va chercher son enfant à la crèche et circule en ville avec les transports en commun.

    Mobilité des familles: et vogue (souvent) la galère!

  2. Depuis un an et demi, Starr s’applique à se refaire une réputation.

    Kenneth Starr, de l’attaque de Clinton à la défense de Trump

  3. BELGA

    Open d’Australie: David Goffin a d’emblée affiché sa grande forme actuelle

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «Le casse-tête postélectoral»

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite