Boeing abattu en Iran: une vidéo montre les deux missiles touchant l’appareil

Dans cet article
Boeing abattu en Iran: une vidéo montre les deux missiles touchant l’appareil
AFP

L’avion civil ukrainien abattu en Iran le 8 janvier a été atteint par deux missiles tirés depuis une base militaire près de Téhéran, selon de nouvelles images vidéos publiées mardi par le New York Times.

Ces images, tirées d’une caméra de vidéo-surveillance et filmées par un téléphone portable, montrent la trajectoire d’un objet brillant dans la nuit, puis une explosion dans le ciel après près de 20 secondes (voir la vidéo ci-dessous)

>Crash d’un Boeing à Téhéran : l’armée iranienne admet avoir abattu l’avion «par erreur»

Un second objet lumineux est lancé dix secondes plus tard du même endroit, dans la même direction, et explose dix secondes après. Une minute plus tard, une boule de feu apparaît brièvement en haut de l’écran.

Le New York Times encadre dans sa vidéo ce qu’il présente comme les deux missiles et comme le Boeing de la compagnie ukrainienne International Airlines, qui s’est écrasé peu après son décollage, faisant 176 morts.

Ces images sont «vérifiées», souligne le quotidien américain. Elles expliquent «pourquoi le transpondeur de l’appareil a cessé de fonctionner quelques secondes avant d’avoir été atteint par un second missile», et que l’appareil a réussi à changer de trajectoire pour revenir vers l’aéroport avant de s’écraser.

Elles ont été prises selon le journal par une caméra installée sur le toit d’un immeuble près du village de Bid Kaneh, à 6 km d’une base militaire iranienne.

Le village est situé à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de l’aéroport international de Téhéran.

>Boeing abattu par l’Iran: le soldat qui a fait feu aurait pris l’avion pour un «missile de croisière»

L’annonce du crash a déclenché un mouvement de colère populaire contre le régime iranien, accusé d’avoir nié sa responsabilité avant d’admettre une «erreur humaine».

La catastrophe aérienne est survenue en plein pic des tensions entre Téhéran et Washington après la mort de Qassem Soleimani, un important général iranien tué par un tir de drone américain à Bagdad.

En représailles, l’Iran avait tiré le 8 janvier deux missiles contre deux bases militaires utilisées par l’armée américaine en Irak, sans faire de victimes. Quelques heures plus tard, l’avion ukrainien était abattu «par erreur» alors que la défense antiaérienne iranienne était en état d’alerte «guerre».

La vidéo
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Eric Van Rompuy, CD&V.

    Eric Van Rompuy au «Soir»: «Il faut un gouvernement avec la N-VA et le PS»

  2. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  3. DF-05385

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «Le casse-tête postélectoral»

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite