La Wallonie dégage 22 millions d’euros pour mieux prendre soin de ses aînés

La Wallonie dégage 22 millions d’euros pour mieux prendre soin de ses aînés
Le Soir/ Thierry du Bois

Le gouvernement wallon a dégagé 22 millions d’euros au budget 2020 pour la transformation de 2.266 lits de maisons de repos en lits de maisons de repos et de soins, répartis dans 141 établissements sur l’ensemble du territoire régional, a annoncé mercredi la ministre wallonne de l’Action sociale, Christie Morreale (PS).

Cette mesure, qui améliorera la prise en charge des résidents sans augmentation de coût de leur part, impliquera notamment la présence obligatoire d’un praticien infirmier de jour comme de nuit, celle d’un médecin coordinateur ou encore la mise à disposition de locaux spécifiquement destinés à la kinésithérapie et à l’ergothérapie.

«Le bénéfice de cette mesure est double. D’une part, les résidents vont bénéficier d’un accompagnement pluridisciplinaire plus approprié et, d’autre part, les conditions de travail du personnel soignant (infirmier, aide-soignant, kiné, ergo, logo...) vont être allégées car ils seront plus nombreux pour assurer une charge de travail identique», a précisé la ministre dans un communiqué.

En Wallonie, plus d’un quart des personnes âgées de 85 à 94 ans vit en établissement de soins.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  2. DF-05385

  3. Boris Dilliès se lance dans la course à la présidence de la régionale, face à David Leisterh.

    Boris Dilliès au «Soir»: «Les libéraux bruxellois n’ont plus d’identité»

La chronique
  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite