Dakar 2020: la 10e étape raccourcie à cause du vent, Sainz et Barreda vainqueurs

EPA
EPA

La dixième étape du Dakar-2020 en Arabie saoudite a été raccourcie par mesure de sécurité en raison de vents violents, ont annoncé les organisateurs mercredi. Le vent empêche les hélicoptères de voler et d’assurer la sécurité de la course.

L’étape, qui devait relier la ville de Haradh à Shubaytah sur 608 km, a donc été arrêtée au km 345, a précisé la direction de course.

« Les moyens engagés pour la sécurité des concurrents étant en grande partie déjà mobilisés et les conditions météorologiques s’aggravant (vents violents), la Direction de Course a décidé d’arrêter la 10e étape au pk 345. Les concurrents de l’ensemble des catégories rejoindront donc le bivouac marathon en liaison », indiquent les organisateurs.

À la suite de l’arrêt de la spéciale, l’Espagnol Carlos Sainz (Mini) s’est adjugé la 10e étape en autos et a repris de la marge en tête du classement général, à deux journées de la fin de la course.

Tom Colsoul et son pilote néerlandais Bernhard Ten Brinke (Toyota) ont pris la 6e place à 6 : 40. Fabian Lurquin et le Français Mathieu Serradori (Century) sont 12e à 13 : 01.

Double tonneau pour Alonso

Sainz a profité des erreurs de navigation de ses poursuivants Stéphane Peterhansel (Mini) et Nasser Al-Attiyah (Toyota), qui ont perdu respectivement 11 : 48 et 17 : 46 sur le leader.

Au général, le double vainqueur de l’épreuve, qui était talonné par Al-Attiyah au départ de l’étape, devance désormais le tenant du titre de 18 : 10 et « Peter » de 18 : 26. Novice sur le Dakar, l’Espagnol Fernando Alonso (Toyota) a perdu plus d’une heure après avoir été victime d’un double tonneau après quelques kilomètres.

En motos, c’est l’Espagnol Joan Barreda (Honda) qui a enlevé l’étape, tandis que l’Américain Ricky Brabec (Honda) a encore accru son avance en tête du général.

Barreda s’impose avec une minute d’avance sur Brabec et Honda s’offre un triplé avec la troisième place de l’Argentin Kevin Benavides.

Au classement général, Brabec accentue encore son leadership et compte désormais 25 minutes d’avance sur son dauphin Pablo Quintanilla (Husqvarna).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur la chaussée de Haecht, épicentre de la communauté belgo-turque de Bruxelles, on affiche aux les couleurs du drapeau.

    Saint-Josse: en «petite Anatolie», la déloyauté à Ankara reste un risque à prendre

  2. Le port du masque est désormais obligatoire pour chaque activité extérieure - ici, un vendeur de poissons et de tortues à Wuhan.

    Coronavirus: «On doit être vigilants, mais pas inquiets»

  3. «
Entre les peshmergas (photo) et l’armée irakienne, l’Etat islamique. Qui est en train de se réorganiser.
»

    Tels des ours sauvages dans les tanières de l’Etat islamique en Irak

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite