Crash d’un Boeing à Téhéran: l’ambassadeur britannique brièvement interpellé a quitté l’Iran

Crash d’un Boeing à Téhéran: l’ambassadeur britannique brièvement interpellé a quitté l’Iran
EPA

L’ambassadeur britannique en Iran a quitté le pays après des tensions entre Londres et Téhéran, le diplomate ayant été brièvement interpellé pour participation à une manifestation anti-gouvernementale – ce qu’il nie –, rapporte mercredi l’agence de presse étatique iranienne Irna.

Rob Macaire avait informé le ministère iranien des Affaires étrangères de son départ, précise Irna, après que le ministère de la justice eut déclaré qu’il le considérait comme persona non grata. À Londres, le ministère britannique des Affaires étrangères insiste que son diplomate a quitté l’Iran pour une visite de routine dans son pays natal. Son voyage au Royaume-Uni était « prévu », a souligné un porte-parole. « Il est assez normal pour nos ambassadeurs de revenir à Londres pour des réunions », a-t-il ajouté.

Une « manifestation illégale »

Mardi, un porte-parole du ministère de la justice iranien a dit que M. Macaire était considéré comme persona non grata et a demandé son expulsion du pays. « Un ambassadeur britannique qui participe à un événement illégal et prend photos et vidéos (…), ce n’est acceptable en aucun cas », a-t-il dénoncé, cité par Irna.

Le diplomate avait été brièvement interpellé samedi, accusé d’avoir pris part à une « manifestation illégale » à Téhéran. Des accusations que Rob Macaire a niées, expliquant qu’il s’était rendu à un événement annoncé comme une veillée pour les victimes du crash d’un avion ukrainien près de Téhéran, abattu par erreur par un missile iranien. La catastrophe a fait 176 morts, dont quatre citoyens britanniques.

Il a assuré avoir quitté les lieux dès que des slogans contre le gouvernement iranien ont été proférés.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  2. DF-05385

  3. Boris Dilliès se lance dans la course à la présidence de la régionale, face à David Leisterh.

    Boris Dilliès au «Soir»: «Les libéraux bruxellois n’ont plus d’identité»

La chronique
  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite