Incendies en Australie: les stars du tennis se mobilisent en exhibition, Federer et Nadal font un don de 150.000 euros (vidéos)

AFP
AFP

Roger Federer et Rafael Nadal ont ensemble fait un don de 250.000 dollars australiens, soit environ 150.000 euros, lors de matches exhibition mercredi à Melbourne destinés à récolter des fonds pour les victimes des incendies en Australie. Le monde du tennis a déjà fait don de 2,8 millions de dollars australiens (environ 1,7 million d’euros).

Aux côtés des superstars du tennis, 39 titres en Grand Chelem à eux deux, de nombreuses autres vedettes de la balle jaune étaient présentes : Serena Williams, Caroline Wozniacki, Novak Djokovic, Naomi Osaka, Petra Kvitova, Dominic Thiem, Coco Gauff, Nick Kyrgios, Stefanos Tsitsipas ou Alexander Zverev.

Elles ont effectué dans une ambiance potache quelques jeux en double, dans un court au toit refermé sous un ciel de Melbourne pollué par la fumée des incendies.

Pris à partie cette semaine sur les réseaux sociaux par des écologistes pour sa relation avec son sponsor, le Credit Suisse, qui, selon eux, a prêté des milliards de dollars à l’industrie des énergies fossiles, Roger Federer s’était engagé à « faire un don ».

Les activistes, qui appelaient la semaine dernière la star suisse à se « réveiller » (#RogerWakeUpNow), ont lancé lundi un nouveau mot d’ordre : « #RogerForClimate », accompagné d’une vidéo dans laquelle des jeunes interpellent le joueur.

L’Australien Nick Kyrgios, l’un des plus engagés, qui a joué un set contre Federer, a simplement déclaré vouloir « juste (s)’amuser un peu ce soir ». « C’est de l’ordre de l’émotion et j’espère qu’on surmontera ça ».

Les incendies, qui ont entraîné la mort de 28 personnes selon le bilan officiel, détruit plus de 2.000 maisons et brûlé une zone de 100.000 kilomètres carrés – plus grande que la superficie de la Corée du Sud – ont perturbé mercredi les qualifications de l’Open d’Australie, qui ont été retardées.

Un temps orageux s’est ensuite installé en fin d’après-midi s’accompagnant de fortes précipitations qui ont contraint les joueurs, dont Steve Darcis et Greet Minnen, à interrompre leurs matches.

Ces conditions météorologiques devraient contribuer à éloigner de Melbourne ce nuage de pollution et à laisser place jeudi à un ciel plus clair.

Mardi, certains joueurs avaient été pris de quintes de toux. La Slovène Dalila Jakupovic, a dû abandonner. Et ceux qui ont été contraints de continuer à jouer dans ces conditions ont protesté.

Les organisateurs ont pour l’heure écarté un report du premier Grand Chelem de l’année dont le tour principal s’ouvre lundi. Melbourne comporte suffisamment d’installations en intérieur pour disputer le tournoi quoi qu’il arrive.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur la chaussée de Haecht, épicentre de la communauté belgo-turque de Bruxelles, on affiche aux les couleurs du drapeau.

    Saint-Josse: en «petite Anatolie», la déloyauté à Ankara reste un risque à prendre

  2. Le port du masque est désormais obligatoire pour chaque activité extérieure - ici, un vendeur de poissons et de tortues à Wuhan.

    Coronavirus: «On doit être vigilants, mais pas inquiets»

  3. «
Entre les peshmergas (photo) et l’armée irakienne, l’Etat islamique. Qui est en train de se réorganiser.
»

    Tels des ours sauvages dans les tanières de l’Etat islamique en Irak

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite