Incendies en Australie: les stars du tennis se mobilisent en exhibition, Federer et Nadal font un don de 150.000 euros (vidéos)

AFP
AFP

Roger Federer et Rafael Nadal ont ensemble fait un don de 250.000 dollars australiens, soit environ 150.000 euros, lors de matches exhibition mercredi à Melbourne destinés à récolter des fonds pour les victimes des incendies en Australie. Le monde du tennis a déjà fait don de 2,8 millions de dollars australiens (environ 1,7 million d’euros).

Aux côtés des superstars du tennis, 39 titres en Grand Chelem à eux deux, de nombreuses autres vedettes de la balle jaune étaient présentes : Serena Williams, Caroline Wozniacki, Novak Djokovic, Naomi Osaka, Petra Kvitova, Dominic Thiem, Coco Gauff, Nick Kyrgios, Stefanos Tsitsipas ou Alexander Zverev.

Elles ont effectué dans une ambiance potache quelques jeux en double, dans un court au toit refermé sous un ciel de Melbourne pollué par la fumée des incendies.

Pris à partie cette semaine sur les réseaux sociaux par des écologistes pour sa relation avec son sponsor, le Credit Suisse, qui, selon eux, a prêté des milliards de dollars à l’industrie des énergies fossiles, Roger Federer s’était engagé à « faire un don ».

Les activistes, qui appelaient la semaine dernière la star suisse à se « réveiller » (#RogerWakeUpNow), ont lancé lundi un nouveau mot d’ordre : « #RogerForClimate », accompagné d’une vidéo dans laquelle des jeunes interpellent le joueur.

L’Australien Nick Kyrgios, l’un des plus engagés, qui a joué un set contre Federer, a simplement déclaré vouloir « juste (s)’amuser un peu ce soir ». « C’est de l’ordre de l’émotion et j’espère qu’on surmontera ça ».

Les incendies, qui ont entraîné la mort de 28 personnes selon le bilan officiel, détruit plus de 2.000 maisons et brûlé une zone de 100.000 kilomètres carrés – plus grande que la superficie de la Corée du Sud – ont perturbé mercredi les qualifications de l’Open d’Australie, qui ont été retardées.

Un temps orageux s’est ensuite installé en fin d’après-midi s’accompagnant de fortes précipitations qui ont contraint les joueurs, dont Steve Darcis et Greet Minnen, à interrompre leurs matches.

Ces conditions météorologiques devraient contribuer à éloigner de Melbourne ce nuage de pollution et à laisser place jeudi à un ciel plus clair.

Mardi, certains joueurs avaient été pris de quintes de toux. La Slovène Dalila Jakupovic, a dû abandonner. Et ceux qui ont été contraints de continuer à jouer dans ces conditions ont protesté.

Les organisateurs ont pour l’heure écarté un report du premier Grand Chelem de l’année dont le tour principal s’ouvre lundi. Melbourne comporte suffisamment d’installations en intérieur pour disputer le tournoi quoi qu’il arrive.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • BELGAIMAGE-160892153

    Par Damien Poncelet

    Grands Chelems

    Roger Federer, forfait à Roland-Garros, se projette sur Wimbledon et les Jeux

  • Mertens a été bousculée par son amie Sabalenka (6-4, 6-3).

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Bye, bye Dubaï pour Elise Mertens

  • Fred Hemmes, au bord du court, pour donner des instructions directement à Kim Clijsters
: c’est une première à Dubaï
!

    Par Yves Simon et Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Le tournoi de Dubaï innove avec du coaching aussi en tribunes

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite