Kim Clijsters sur son retour: «Gagner un Grand Chelem ou retrouver le Top 10? Ça me fait rire» (vidéos)

Photonews
Photonews

Kim Clijsters, 36 ans, a été claire mercredi au moment de recevoir la presse au sein de son académie, la Kim Clijsters Academy de Bree. « Je me concentre sur les entraînements, jour après jour et je me fixe des objectifs en termes de niveau, mais pas pour ce qui concerne les résultats ou un classement WTA ».

Sept ans après sa retraite du circuit professionnel et titulaire de quatre tournois du Grand Chelem – l’US Open en 2005, 2009 et 2010 ainsi que l’Open d’Australie en 2011, Kim Clijsters s’est mis en tête de rejouer sur le circuit professionnel, « par passion » surtout, a expliqué la Limbourgeoise, « par défi, pour voir quelles sont mes limites et voir jusqu’où je peux aller. »

L’annonce avait fait grand bruit le 12 septembre dernier. Depuis, le retour de l’ex-numéro 1 mondiale a été retardé par une blessure au genou durant la préparation et une reprise en compétition en janvier en Australie a été ajournée. Le tournoi de Monterrey, au Mexique du 2 au 8 mars, semble être à présent le lieu de rentrée d’une légende du tennis belge, avec quels objectifs ? Kim Clijsters, victorieuse de 41 titres WTA sur le circuit, botte en touche.

« J’entends beaucoup de personnes me comparer à Serena Williams ou parier sur le fait que je peux encore gagner des tournois ou même un Grand Chelem ou que je peux revenir dans le top 10, tout cela me fait rire, parce que je ne pense pas du tout à cela. Je vis au jour le jour, au fil de mes entraînements. J’essaie au fur et à mesure de mieux bouger, d’améliorer ma vision de jeu, mon physique bien sûr, l’aspect tactique et on verra où cela me mènera en termes de niveau. C’est à la fois excitant et cela me rend un peu nerveuse, mais c’est pour le plaisir du jeu et la passion. C’est pour cela que j’ai pris la décision de tenter un come-back. Tout est basé sur l’émotion. »

Pour la guider, Kim Clijsters a fait appel au Néerlandais Fred Hemmes jr., comptant aussi sur Carl Maes, son coach de toujours, et directeur de son académie, pour l’aider à bien figurer. « Je me base sur mon expérience pour savoir qu’il ne faut pas brûler une étape et la seule chose qui compte à présent, ce sont les entraînements, je ne pense ni à un double, ni à la Fed Cup, ni aux Jeux olympiques. J’essaie juste de m’améliorer chaque jour », a certifié encore la Limbourgeoise qui se dit satisfaite de son évolution.

« Bien sûr, je fais attention à l’aspect physique, je reste prudente en me demandant comment va réagir mon corps. Je n’ai pas peur des blessures. Je sais que j’ai un tennis physique, mais si mon style ne convient sur le circuit actuel et vu ma situation particulière, je m’adapterai », a promis encore Kim Clijsters, qui, vu son statut de lauréate en Grand Chelem, peut choisir les tournois sur lesquels elle veut évoluer en demandant des invitations aux organisateurs.

Les tournois d’Indian Wells (11-22 mars) et de Charleston (4-12 avril) seront ses prochains objectifs après le Mexique. « Il est trop tôt pour parler de résultats, déjà parce qu’il est difficile d’évaluer mon niveau et de comparer avec les joueuses actuelles », a encore prévenu Kim Clijsters qui a encore près de deux mois pour progresser encore.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • BELGAIMAGE-160892153

    Par Damien Poncelet

    Grands Chelems

    Roger Federer, forfait à Roland-Garros, se projette sur Wimbledon et les Jeux

  • Mertens a été bousculée par son amie Sabalenka (6-4, 6-3).

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Bye, bye Dubaï pour Elise Mertens

  • Fred Hemmes, au bord du court, pour donner des instructions directement à Kim Clijsters
: c’est une première à Dubaï
!

    Par Yves Simon et Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Le tournoi de Dubaï innove avec du coaching aussi en tribunes

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite