Accueil Société Régions Wallonie

Le vandalisme en diminution dans le transport en commun wallon

Le coût annuel du vandalisme est relativement stable dans les cinq directions opérationnelles du TEC. Le renouvellement du matériel roulant et la rénovation des infrastructures ont un impact positif.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Toutes les semaines, le TEC Charleroi procède au remplacement de trois sièges de bus ou de métro, en moyenne : l’usure en est plus rarement responsable que le vandalisme, même si les chiffres indiquent une stabilisation. Les réparations s’effectuent au dépôt de Jumet, le centre d’entretien mécanique et tôlerie le plus important de la zone, qui en compte trois autres à Genson, Anderlues et Nalinnes. Sophie Dutry prend en charge les opérations : dès qu’elle est informée de dégâts par un de ses collègues, l’opératrice vient démonter les assises ou dossiers endommagés pour les remettre à neuf.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par ladeuze olivier, jeudi 16 janvier 2020, 14:50

    l'avantage des lignes de bus rurales c'est que comme elles sont vides en dehors des heures scolaires il n'y a pas de vandalisme non plus :-)

Aussi en Wallonie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs