La CAN 2021 se jouera au Cameroun en hiver et non plus en été

photonews
photonews

La Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football au Cameroun en 2021 se jouera en hiver au lieu de l’été, un retour à la situation qui prévalait avant la dernière édition de la compétition en Égypte, a annoncé mercredi la Fédération camerounaise de football (Fecafoot).

La CAN « se jouera au Cameroun du 9 janvier au 6 février », lit-on sur la page Facebook officielle de la Fecafoot, qui ajoute : « Date modifiée pour des raisons météorologiques à la demande du Cameroun ».

Historiquement, la période normale de la compétition était en janvier et février, avant que le président de la Confédération africaine de football (CAN) Ahmad Ahmad ne change cette donne à la surprise générale, à peine élu en 2017 pour succéder au Camerounais Issa Hayatou.

Il avait alors annoncé que la compétition phare du football africain se déroulerait dès l’édition 2019 en Égypte, l’été et non plus l’hiver. L’annonce de mercredi est donc un revirement.

Un changement favorable pour la Fifa, moins pour les clubs

La tenue en hiver de la CAN avant 2017 irritait les clubs européens --notamment en France et en Angleterre dont les championnats ont recours à de nombreux joueurs africains-- très réticents à laisser partir leurs joueurs africains en pleine saison.

Ce retour à une CAN en hiver intervient par ailleurs alors que la Fifa a exprimé sa volonté de faire place nette en été au futur Mondial des clubs.

La première édition de cette nouvelle compétition doit se disputer en juin 2021 en Chine, avec 24 équipes au programme, selon une réforme voulue par le président de la fédération internationale de football Gianni Infantino.

Or, la CAF a été placée sous la tutelle « d’une mission » de la Fifa et de ses dirigeants Gianni Infantino/Fatma Samoura depuis le 1er août dernier, à la suite de soupçons de corruption qui éclaboussent l’actuel président de la CAF, Ahmad Ahmad.

La décision d’avancer les dates de la CAN au début de l’année 2021 ne devrait pas manquer de poser la question de la pleine souveraineté de la CAF.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. ballen 1

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite