Le Standard débourse 1,8 million pour l’Israélien Eden Shamir

©News
©News

Après avoir exploré la piste menant au très athlétique Joachim Van Damme, que le veto mis par Malines avait très vite refermée, c’est en Israël que le Standard a trouvé le numéro 6 qu’il recherchait et dont il avait fait sa priorité de ce mercato hivernal. C’est sur le milieu relayeur Eden Shamir (24 ans) que les décideurs du club liégeois ont jeté leur dévolu, déposant sur la table un chèque de 1,8 million d’euros pour s’attacher les services de celui qui était lié par contrat au club de Hapoel Be’er Sheva, quatrième de la D1 israélienne, jusqu’en juin 2023.

Arrivé à Liège ce mercredi, Eden Shamir (1,85 mètre) a signé en bord de Meuse un bail jusqu’en 2023, qui prendra court lorsque l’intéressé aura satisfait aux tests médicaux prévus ce jeudi. C’est d’un élément régulier dont il s’agit : il a disputé, toutes compétitions confondues, 25 matches depuis le début de la saison (17 en championnat), inscrivant trois buts au passage. Très intéressant de la tête, il constituera, pour Michel Preud’homme et son staff technique, une solution supplémentaire dans un secteur de jeu où, faute de concurrence, Gojko Cimirot et Samuel Bastien ont beaucoup donné lors des cinq derniers mois, mais son arrivée s’inscrit aussi dans la volonté du Standard de déjà préparer l’avenir et donc anticiper, à des postes importants, l’un ou l’autre départ.

Agbo vers La Corogne

Shamir aura donc un peu de temps devant lui pour s’adapter, sachant qu’il n’a jamais évolué ailleurs qu’en Israël et que les derniers joueurs arrivés du pays cher à Guy Luzon, de Tal Ben Haim à Maor Buzaglo en passant par Dudu Biton, n’ont pas laissé de souvenirs impérissables.

Toujours sur le front du mercato, Uche Agbo devrait repartir en Espagne et être prêté avec option d’achat au Deportivo La Corogne, en Liga 2. Son avenir à Braga était bouché. À noter enfin qu’Amir Rrhamani (25 ans) s’est lié avec Naples pour un montant de 14 millions. À l’été dernier, le Standard avait négocié son arrivée avant que le défenseur central kosovar n’opte pour Hellas Vérone, où il terminera la saison en prêt.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 50710002

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie, l’angoisse monte

  2. François Fillon et son épouse Penelope - ici, en décembre dernier -, risqent jusqu’à dix ans de prison.

    Face aux juges, François et Penelope Fillon risquent gros

  3. CULTURE AALST CARNIVAL ZONDAGSSTOET

    Alost: les mêmes caricatures antisémites en 2020, quel avenir pour ce carnaval?

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti ou le souvenir du Doggerland

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite